Covid-19: encore près de 9000 cas par jour la semaine dernière

·2 min de lecture

L'heure n'est pas au relâchement dans la lutte contre la Covid-19, prévient Santé publique France. Si tous les indicateurs sont en baisse épidémiologiques sur le plan national, la circulation de variants préoccupants doit toujours inciter à maintenir à un haut niveau l’ensemble des mesures de contrôle. 

Commençons par les bonnes nouvelles. En semaine 21 (du 24 au 30 mai 2021), l’amélioration des indicateurs épidémiologiques et la diminution de la pression hospitalière se poursuivent, explique Santé publique France dans son rapport hebdomadaire. La couverture vaccinale a continué de progresser, avec au 1er juin 2021, 39,1% de la population ayant reçu au moins une première dose et 18,6% complètement vaccinée. Le taux d’incidence (corrigé pour l’effet du lundi 24 mai férié) était en diminution pour la septième semaine consécutive (108 cas/100 000 soit -13% depuis la semaine 20), diminution observée dans toutes les classes d’âge.

Lire aussi :"Catastrophe générationnelle", 2 milliards de vaccins injectés… le point sur le coronavirus

L'épidémie n'est pas terminée

Le taux de positivité est lui aussi en diminution pour la cinquième semaine consécutive (3,1%, soit -0,4 point par rapport à S20). Les hospitalisations sont en baisse, comparables aux niveaux de mai 2020. Si le nombre de patients en cours d’hospitalisation reste encore élevé (16 146, dont 2 837 en services de soins critiques), les niveaux atteints sont comparables à ceux de mai 2020 lors de la phase descendante de la première vague épidémique, ajoute SpF.

Néanmoins, l'épidémie n'est pas terminée. Au niveau national, 61 159 nouveaux cas ont été confirmés en semaine 21, soit environ 8 700 cas en moyenne chaque jour. Au niveau régional, les régions présentant les taux d’incidence corrigés les plus élevés restaient l’Île-de-France (136/100 000 habitants) et les Hauts-de-France (133) et en Nouvelle-Aquitaine, le taux d'incidence remonte (86/100 000, soit +11%). Si près d’un quart de la population française adulte est aujourd'hui totalement vacciné, la couverture(...)


Lire la suite sur Paris Match