Covid-19 : Emmanuel Macron assume ses choix

Face aux accusations des scientifiques et de l’opposition, qui reproche au président de ne pas avoir reconfiné suffisamment tôt la France en janvier, alors que la situation épidémique se dégradait, Emmanuel Macron assume. "Nous avons eu raison de ne pas confiner la France à la fin du mois de janvier. Parce qu’il n’y a pas eu l’explosion qui était prévue par tous les modèles", a justifié le président de la République à l’issue du Conseil Européen jeudi 25 mars. Une mise au point polémique, qui a suscité la réaction de l’opposition. "Nous attendions qu’il nous dise des choses concrètes. (…) On attend de lui un ordre de mobilisation. Or, il nous apprend que tout va continuer comme auparavant", commente de son côté Jean-Luc Mélenchon. De nouvelles restrictions bientôt annoncées ? Vendredi 26 mars, à Troyes (Aube), François Baroin a demandé la fermeture des écoles. "Dans les territoires qui sont aujourd’hui moins touchés, le confinement va permettre, combiné à la vaccination, d’éviter que dans quelques semaines à leur tour, ces territoires soient victimes notamment du variant britannique", explique le Dr Djillali Annane, chef du service de réanimation de l’Hôpital Raymond-Poincaré de Garches (Hauts-de-Seine). Emmanuel Macron a déjà prévenu qu’il pourrait prendre de nouvelles décisions dans les prochains jours, comme dans les prochaines semaines.