Selon une étude, l’eau de piscine chlorée peut tuer le Covid-19 en quelques secondes

·2 min de lecture
Young female competitive swimmers racing in outdoor pool overhead view

En s'appuyant sur les résultats de cette étude, les chercheurs assurent que le virus ne survivrait pas dans l'eau de piscine. Selon eux, la contamination ne serait alors plus possible.

L’eau de piscine chlorée est-elle une arme fatale contre le Covid-19 ? C’est en tout cas la piste avancée par des virologues de l’Imperial College de Londres (Royaume-Uni). Selon eux, l’eau de piscine serait capable d’inactiver le virus en seulement 30 secondes.

Les résultats suggèrent que le risque de transmission du virus via l'eau de piscine serait "incroyablement" faible. "Nous avons effectué ces expériences dans nos laboratoires à haut confinement à Londres. Dans ces conditions de sécurité, nous sommes en mesure de mesurer la capacité du virus à infecter les cellules, ce qui est la première étape de sa transmission", a expliqué l'auteure de l'étude Wendy Barclay, de l'Imperial College de Londres.

"En mélangeant le virus à l'eau de piscine qui nous a été livrée par l'équipe de Water Babies, nous avons pu montrer que le virus ne survit pas dans l'eau de piscine - il n'était plus contagieux. Cela, ajouté à l'énorme facteur de dilution du virus qui pourrait se frayer un chemin dans une piscine à partir d'une personne infectée, suggère que le risque de contracter le Covid-19 à partir de l'eau de la piscine est négligeable", a ajouté la scientifique.

Des résultats à confirmer

Dans l'étude, le professeur Barclay et ses collègues ont découvert qu'une concentration de chlore libre de 1,5 milligramme par litre et un pH compris entre 7 et 7,2 réduiraient l'infectivité du SARS-CoV-2 de plus de 1 000 fois en seulement 30 secondes. Ces résultats n'ont pas encore été publiés dans une revue afin d’être examinés par leurs pairs. D'autres tests utilisant différentes concentrations de chlore et différents niveaux de pH ont conclu que le chlore contenu dans le gaspilleur de piscine est plus efficace avec un pH bas.

"Ces résultats suggèrent que le risque de transmission par l'eau des piscines est faible", a assuré Jane Nickerson, directrice générale de Swim England. "C'est une excellente nouvelle pour les opérateurs, nos membres et nos clubs qui participent à tous nos sports incroyables, les nageurs de loisir et ceux qui dépendent de l'eau pour rester physiquement actifs."

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles