Covid-19 : dans le Doubs, les déprogrammations d'interventions chirurgicales se multiplient

Dans le Doubs, de nombreux patients qui se retrouvent plongés dans l’incertitude en raison de la situation sanitaire. C'est la cas de Caroline Gilles : trois jours avant son ablation du sein, elle a été avertie par un coup de fil que son intervention n’aurait pas lieu en raison du coronavirus. "Mon corps s’est complétement raidi quand j’ai eu cette nouvelle. J’ai senti une boule d’angoisse énorme et je me suis dit que, de toute façon, on ne pouvait rien faire". 65% des opérations déprogrammées à Besançon Le nombre de ces déprogrammations augmentent partout en France en même temps que l’épidémie gagne du terrain et submerge les hôpitaux. Au CHU de Besançon, on ne maintient que les chirurgies pédiatriques ou d’extrême urgence. "Actuellement, on considère qu’on a déprogrammé 65% de l’activité réglée chirurgicale", estime Emmanuel Samain du pôle anesthésie – réanimation. Et si l’épidémie enfle encore, de nouvelles annulations d’interventions seront mises en œuvre.