Covid-19 : "Les dommages collatéraux peuvent être très importants lorsqu'il y a des déprogrammations d'opérations"

franceinfo
·1 min de lecture

"Les dommages collatéraux peuvent être très importants", lorsqu'il y a des déprogrammations d'opérations, déclare jeudi 25 mars sur franceinfo le Dr Jean-Pierre Thierry, conseiller médical de France Assos Santé. En raison de la nécessité de prendre en charge des patients atteint du coronavirus Covid-19, les déprogrammations d'opérations se multiplient en France.

franceinfo : Il y a beaucoup de gens touchés par ces déprogrammations ?

Dr Jean-Pierre Thierry : On déprogramme parce qu'il y a une obligation de traiter des cas graves, urgents, et donc on réaffecte des moyens. En général, ces moyens servent à l'anesthésie, à la chirurgie, aux opérations et donc ont déprogramme principalement des opérations chirurgicales mais pas seulement. Il y a aussi des patients qui doivent nécessiter des interventions lourdes, par exemple, ils peuvent avoir des facteurs de risque. Donc, on sait aussi que s'ils attrapent le Covid, qui circule malheureusement dans les hôpitaux malgré les efforts des soignants, ils risquent leur vie.

Mais il n'y a pas que les opérations vitales, il y a des déprogrammations très handicapantes aussi pour certaines personnes ?

Vous avez raison, il y a aussi des chirurgies qui étaient programmées. Ce qu'on cite très souvent, c'est par exemple, le report des remplacements de la hanche par des prothèses de hanche. Donc, si on reporte trop longtemps ce type d'intervention, que ce soit pour la prothèse de la hanche ou d'autres prothèses, la qualité de vie des personnes (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi