Covid-19 : la difficile organisation des visites dans les hôpitaux

Au bras de son petit-fils, Paula est très émue, car elle vient de rendre visite à son mari, atteint de la maladie d’Alzheimer. "Il nous a reconnus, il était hyper content parce que ça faisait deux mois qu’on ne l'avait pas vu, il m’a pris la main, il ne voulait plus me lâcher", raconte la retraitée. Les visites comme celles-ci sont devenues des exceptions à l’hôpital Les Sources, à Nice (Alpes-Maritimes). La famille a pris rendez-vous il y a deux mois pour organiser ces retrouvailles. Des visites pour les patients en fin de vie Très touché par l’épidémie, l’établissement a décidé d’interdire la majorité des visites des familles, mais certaines dérogations exceptionnelles sont accordées dans les services de réanimation, notamment auprès des patients en fin de vie, "sur un temps très limité, un quart d’heure, une demi-heure, avec une aide-soignante du service", précise Claude Koubi, chef du service de réanimation de l’hôpital Les Sources. L’équilibre est difficile à trouver et les soignants sont tiraillés. Alors que les huit lits de réanimation sont occupés, l'établissement craint l’afflux de patients contaminés lors des fêtes de Noël.