Covid-19 : pour Didier Raoult, "les marqueurs de gravité du virus sont aujourd'hui beaucoup plus faibles"

·4 min de lecture
Même si la deuxième vague de Covid-19 semble moins grave selon lui, le professeur Didier Raoult préconise de restreindre les grandes fêtes, de type mariage...
Même si la deuxième vague de Covid-19 semble moins grave selon lui, le professeur Didier Raoult préconise de restreindre les grandes fêtes, de type mariage...

Interrogé ce lundi matin sur Cnews, Didier Raoult a tenté de rassurer la population sur la deuxième vague de Covid-19 qui frappe la France. Le patron de l'IHU Méditerranée Infection a toutefois préconisé d'éviter les grands rassemblements, notamment les mariages.

Dans une interview accordée ce lundi matin à Cnews, Didier Raoult a tenu à rassurer la population sur la deuxième vague de Covid-19 qui frappe la France de plus en plus fort depuis quelques jours. "Il y a plus de cas aujourd'hui qu'il y a trois semaines ou un mois", a d'abord reconnu le patron de l'IHU Méditerranée Infection, avant de minimiser l'impact actuel du virus. "Cela reste à confirmer mais nous observons que les marqueurs de gravité chez les patients infectés sont aujourd'hui beaucoup plus faibles que ce que nous avons vu jusqu'en mai", a-t-il dit.

”Il faut essayer de continuer à avoir une vie normale”

"À Marseille, les choses semblent avoir commencé en juillet avec un virus mutant provenant d'Afrique du Nord, a détaillé l'infectiologue marseillais. Ce virus est venu avec les personnes qui font l'aller-retour en bateau avec le Maghreb. Depuis, il y a d'autres virus mutants qui circulent et si en juillet, on avait beaucoup de jeunes positifs, désormais tous les âges sont touchés, hormis les enfants".

Pour Didier Raoult, même si les cas positifs augmentent, pas question de s'affoler pour autant. "Si on s'organise et qu'on s'occupe des gens, la mortalité de cette maladie n'a rien de terrifiant, elle est même extrêmement faible. Je préfère rassurer la population plutôt que de l'affoler, parce que la panique est malsaine, y compris au plus haut niveau. J'ai vu des collègues ne pas supporter la tension et faire des crises de panique. Ceux qui paniquent doivent s'en aller et laisser leur place à des gens qui ont les nerfs solides. Les situations de tension réclament des gens qui soient calmes, déterminés et actifs”.

Les mariages, événements à risques

"Il faut essayer de continuer à avoir une vie normale, tout en faisant attention à ne pas faire d'excès qui nous surexposent, nous et nos familles, au risque de transmission de cette maladie contagieuse", a-t-il poursuivi. Le très populaire professeur de microbiologie, qui n'a encore jamais attrapé le virus parce qu'il passe sa vie à se "passer de l'alcool sur les mains", estime par ailleurs que le "bon sens" doit conduire les Français à "restreindre les rassemblements et en particulier ceux qui amènent à avoir des rapports sociaux de trop grande proximité", comme les mariages.

"Si vous organisez un mariage, c'est difficile d'éviter que les gens dansent en même temps, et là, bien entendu, la contagion est plus importante, car plus personne ne pense aux masques, plus personne ne pense à se mettre du gel sur les mains". Pour Didier Raoult, il faut donc limiter les fêtes. "On sait qu'à Marseille, les mariages chez les Roms ou les fêtes dans la communauté juive ont été des sources de contagion extrêmement importantes", révèle-t-il.

Concernant les tests, Didier Raoult a vanté l'organisation de son IHU, qui teste en masse avec des résultats rapides, obtenus après "8 heures, en moyenne". "Ici, ça fonctionne bien parce qu'on s'en occupe. Tous les jours, à l'IHU, je me pose la question de l'organisation. Je fais des changements un jour sur deux parce que le flux a changé, les horaires ont changé, des gens viennent se faire tester à partir de 6h du matin, et ça marche très bien. J'ai commencé à faire distribuer des tickets comme dans les supermarchés de manière à ce que les gens ne se battent pas lorsqu'ils sont dans une file d'attente, et que, quand ils savent qu'ils ne passeront pas avant 2 heures, ils puissent aller faire autre chose et revenir dans leur file sans perdre leur place. Tout ça, c'est de la gestion au quotidien, de l'organisation".

“Je regrette que le ministre de la Santé ne soit pas venu voir comment fonctionnait l'IHU”

Celui qui sera une nouvelle fois entendu mardi au Sénat n'a enfin pas pu s'empêcher d'envoyer une petite pique à Olivier Veran. "Je regrette que le ministre de la Santé ne soit pas venu voir comment fonctionnait l'IHU, ça lui aurait permis de faire du benchmarking (analyser les techniques de gestion et les modes d'organisation des entreprises afin de s'en inspirer et d'en tirer le meilleur), plutôt que de nous traiter comme le vilain petit canard. On a l'impression que l'on vit dans un pays étranger, que personne ne nous regarde".