Covid-19 : démence, Alzheimer... Les craintes de l'effet du virus sur le cerveau

Matthieu Brandely
·5 min de lecture
Photo d'illustration

Des scientifiques redoutent une vague de maladies dégénératives dans 5 à 15 ans, suite au Covid-19.

Les conséquences du Covid-19 sont encore très floues, surtout à long terme. Des cas de pertes de goût et d’odorat durables dans le temps, ont été observés, tout comme des séquelles au niveau respiratoire. Des symptômes durables que l’on appelle désormais “Covid long” et qui pourraient concerner, selon la HAS "plus de la moitié des patients" durant quatre semaines après le début de la maladie, et "plus de 10%" six mois après la maladie. Mais des conséquences neurologiques pourraient aussi émerger, redoutent plusieurs professionnels.

A LIRE AUSSI >> Incompréhension et sentiment d'abandon : le calvaire des malades du Covid-19 dont les symptômes persistent

Des neuroscientifiques expliquent, dans la revue Alzheimer’s Association, leurs craintes concernant les risques de problèmes neurologiques à long terme, y compris le déclin cognitif et la démence, en se basant sur les cas précédents dans l’Histoire, et les impacts connus du SARS-COV-2 sur le cerveau.

Un syndrome neurologique dégénératif après la grippe espagnole

Ils rappellent que le SARS-COV-2 est un virus neurotrope, ce qui signifie qu’il se fixe sur le système nerveux. Après la “grippe espagnole” de 1917 par exemple, qui touchait aussi le système nerveux, environ 1 million de personnes dans le monde ont développé un mystérieux syndrome neurologique dégénératif connu sous le nom d'encéphalite léthargique, qui a provoqué une rigidité musculaire de type Parkinson, une psychose et, dans certains cas, un état de zombie.

Des symptômes également observés après plusieurs épidémies de virus respiratoires comme le SRAS, ou comme Ebola.

Le Covid-19 a un impact sur le cerveau

Les témoignages de malades du Covid décrivant des difficultés à se concentrer, des pertes de mémoire ou encore un brouillard cérébral se multiplient, illustrant l’impact du Covid-19 sur le système nerveux.

A LIRE AUSSI>> Covid-19 : les conséquences de la maladie sur le cerveau

 Des malades témoignent des effets du SARS-COV-2 sur le cerveau.
Des malades témoignent des effets du SARS-COV-2 sur le cerveau.
Des malades témoignent des effets du SARS-COV-2 sur le cerveau.
Des malades témoignent des effets du SARS-COV-2 sur le cerveau.

“En phase aiguë, beaucoup de gens présentent un syndrome qu’on appelle delirium. Ils sont confus et ont des hallucinations. C’est le signe que le cerveau est en souffrance” constate auprès de La Presse le Docteur Nicolas Bergeron, psychiatre du Centre hospitalier de l'Université de Montréal, au Canada.

“J'ai l'impression d'être atteint de démence”

Selon le médecin, “la quasi-totalité” des personnes âgées ayant contracté la COVID-19 souffre de delirium, et une personne sur quatre dans les autres services. Interrogée par le New York Times, une infirmière de 53 ans touchée par le Covid raconte : “je quitte la pièce et je ne me souviens pas de ce que la patiente vient de dire (...) J'ai l'impression d'être atteinte de démence”.

Une étude, publiée dans The Lancet Psychiatry, a permis de comparer les complications rapportées par plus de 62 000 Américains, selon la cause de leur séjour à l’hôpital. Les troubles neuropsychiatriques persistants se révèlent environ deux fois plus fréquents chez les rescapés de la Covid-19 que chez les gens hospitalisés pour la grippe ou d’autres maladies respiratoires graves. En août dernier, une étude française sur 120 patients hospitalisés a révélé que 34% avaient une perte de mémoire et 27% avaient des problèmes de concentration des mois plus tard.

Un lien entre Covid-19 et Alzheimer ?

Dans La Presse, François Gros-Louis, expert des maladies du cerveau et de l’ingénierie tissulaire à l’Université Laval, à Québec, explique que des chercheurs ont créé in vitro une portion de cerveau et l’ont infecté avec le SARS-COV-2. Le coronavirus a altéré les neurones en modifiant une protéine, appelée “tau”, et impliquée dans des troubles comme la maladie d’Alzheimer.

A LIRE AUSSI >> Covid-19 : dans quel ordre les symptômes apparaissent-ils ?

“Des déficits olfactifs ont été précédemment rapportés pour plusieurs infections virales et sont caractéristiques des troubles neurodégénératifs”, rappellent les auteurs de l’étude parue dans Alzheimer association. La perte du goût et de l’odorat sont un des symptômes fréquemment évoqué par les malades du Covid-19, et seraient dû à l’entrée du virus dans une partie du cerveau.

“Un risque plus élevé de déclin cognitif et de démence”

Récemment, les scientifiques ont montré que le virus s’attache à des cellules spécifiques du cerveau, et augmente ainsi le risque d’un accident vasculaire cérébral (AVC). Or, les auteurs de l’étude rappellent que “l'incident et la prévalence d'AVC sont considérés comme facteurs de risque indépendants de démence”.

Suite à ces observations, les auteurs écrivent qu’il “semble probable que les maladies cardiovasculaires et cérébrovasculaires liées au COVID-19 contribuent à un risque plus élevé à long terme de déclin cognitif et de démence chez les personnes rétablies. Plusieurs sources de données suggèrent que les infections virales du cerveau peuvent avoir un impact sur le risque de maladie d’Alzheimer ou de maladie de Parkinson”, écrivent-ils dans Alzheimer association.

Un consortium, avec des représentants de plus de 30 pays et des conseillers de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), doit être mis en place pour étudier les conséquences à court et à long terme de Sars-Cov-2 sur le système nerveux central, et les possibles liens avec les maladies neurodégénératives.

Ce contenu peut également vous intéresser :