Covid-19 : "On nous demande de refaire des efforts et cela a été évidemment mal pris par les soignants", affirme le docteur Mathias Wargon

France 2
·1 min de lecture

"Ça fait un an qu’on fournit des efforts et qu’on galère… Des médecins font des gardes de vingt-quatre heures. Ils vont enchaîner des gardes de fous furieux. Ça fait un an qu’on nous dit : 'On va y arriver, on va y arriver…' Et aujourd’hui, on est dans la même galère", dit une soignante lors d’une réunion du service des urgences de l’hôpital Delafontaine de Saint-Denis, en Seine-Saint-Denis, à laquelle a assisté le magazine "13h15 le dimanche" (replay).

"Et en plus, messieurs, la population, faites ce que vous voulez… Il y a un confinement qui n’en est pas un, ajoute-t-elle. Faut arrêter de prendre les gens pour des cons. Et les cons, c’est nous, c’est les soignants." Le docteur Mathias Wargon, chef du service, précise : "En fait, c’est sur tout ce personnel que la crise a reposé. A chaque fois qu’on dit 'prenez vos responsabilités, arrêtez de boire des coups tous ensemble, de faire des fêtes le soir chez vous", parce qu’on connaît tous des gens qui font ça, quelque soit la classe sociale... Eh bien, quand on dit ça, on est des dictateurs sanitaires…."

"En fait, tout repose sur nous"

"J’ai reçu des lettres de menaces dans lesquelles on m’appelait un 'confiniste' ou un 'enfermiste', dit le médecin. Nous sommes devenus les salopards On nous demande de refaire des efforts et cela a été évidemment mal pris par les soignants. Parce qu’ils en font depuis le début." Une autre soignante intervient : "Tout le monde a déjà fourni suffisamment, donc, c’est toujours les mêmes. En (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi