Covid-19. “Deltacron” ne serait pas un nouveau variant mais une erreur de laboratoire

·1 min de lecture

La découverte, en fin de semaine dernière à Chypre, d’un variant du Sars-CoV-2 qui combinerait des mutations de Delta et d’Omicron a affolé les médias du monde entier. Or “Deltacron” est probablement un leurre dû à un mélange de prélèvements en laboratoire.

En fin de semaine dernière, le biologiste Leondios Kostrikis, de l’université de Chypre, qui dirige un laboratoire de virologie et de biotechnologie moléculaire, indique à l’agence Bloomberg que son établissement a identifié un variant du Sars-CoV-2 combinant des mutations venant d’Omicron et de Delta. Ce nouveau variant recombinant, qu’il baptise “Deltacron”, aurait été identifié dans l’île chez vingt-cinq personnes, dont onze sont hospitalisées.

À lire aussi: Covid-19. Omicron sera-t-il le dernier variant inquiétant ?

Mais pour le biologiste moléculaire Eric Topol, de l’institut de recherche translationnelle de La Jolla, en Californie, et pour Tom Peacock, virologue à l’Imperial College de Londres, interrogés par Quartz, il s’agit d’un leurre dû à une erreur de laboratoire.

Recombiner des génomes

Certes, il est possible que des variants de coronavirus “recombinent” leurs génomes et forment de nouvelles souches. Pour cela, il faut que les deux variants infectent la même cellule en même temps chez la même personne. Mais, “Omicron n’a probablement pas circulé assez longtemps, dans une population assez importante, pour produire un véritable recombinant”, explique Tom Peacock.

Et surtout, “les détails génétiques de ‘Deltacron’ publiés sur [la plateforme

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles