Covid-19 : des départements ruraux en tête de la saturation dans les hôpitaux

·2 min de lecture

Les hôpitaux qui subissent la plus grande pression face au Covid-19 se situent aujourd'hui dans des départements ruraux, qui subissent à la fois une circulation accrue du virus et une moindre capacité d'accueil.

À l'ombre des grandes agglomérations. Les hôpitaux où la tension est aujourd'hui la plus forte face au Covid-19 se situent dans des départements ruraux, peu visibles dans la couverture médiatique de la pandémie. Cette pression accrue s'explique à la fois par une circulation plus importante du virus, et par une moindre dotation en lits de réanimation.La tension sur le système de soin est actuellement très disparate entre les différentes régions. Pour la mesurer, le gouvernement utilise depuis le début de la crise l'indicateur du "taux d'occupation en réanimation", obtenu en divisant le nombre de patients en état critique par le nombre de lits de réanimation comptabilisés avant la crise. Ce chiffre avait notamment servi à élaborer la "carte du déconfinement" au printemps dernier, qui avait justifié un maintien plus long des restrictions dans certaines régions. Alors que ce taux est aujourd'hui de 52,4 % sur l'ensemble de la France, il est au plus bas dans le Lot et dans la Vienne, qui ne comptent aucun malade en soins critiques. Et culmine avec les Vosges et ses 23 patients en état précaire, ce qui représente… 288 % de la capacité initiale du département en réanimation.Sous-dotation en litsDans le détail, 16 départements affichent un taux d'occupation...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Covid : le gouvernement va élargir la vaccination aux plus de 75 ans, aux pompiers et aides à domicile de plus de 50 ansVaccins, masques, confinement... Les 9 revirements du gouvernement sur le Covid-19Comment Israël est devenu le champion de la vaccination anti-CovidCovid : à Londres, l'allongement du délai entre deux injections du vaccin inquièteSingapour : les données de l'application de traçage anti Covid désormais exploitables par la police