Covid-19 : le déconfinement de mai arrive-t-il trop tôt ?

Alors que le beau temps fait rêver d’un verre en terrasse, même aux soignants, la réalité dans les hôpitaux rappelle que la crise sanitaire est loin d’être terminée. Lundi 26 avril, la barre de 6 000 patients en soins critiques a de nouveau été franchie, un niveau jamais atteint depuis le 16 avril 2020. Les conditions ne sont donc pas bonnes pour relâcher le frein, selon le professeur Stéphane Gaudry, médecin réanimateur à l’hôpital Avicenne de Bobigny (Seine-Saint-Denis). "S’il y a un rebond épidémique, la situation sera encore plus grave qu’elle ne l’est actuellement, et la situation actuelle, encore une fois, elle est très grave, puisque l’on a 40 à 60% de déprogrammation et ça a un impact sur la santé des gens", explique-t-il. Une baisse des hospitalisations prévue par l'Institut Pasteur Des projections pourraient néanmoins rassurer le gouvernement qui envisage d’assouplir les restrictions à la mi-mai. Selon l'Institut Pasteur, le nombre d’hospitalisations de patients Covid devrait baisser à 1 300 par jour au 9 mai. Le nombre de personnes admises en soins critiques devrait également baisser mais rester sur un plateau haut de "plus de 5 000 lits occupés dans les deux semaines qui viennent", selon Simon Cauchemez, de l’Institut Pasteur.