Covid-19 : "Dès 40 ans", les personnes porteuses de trisomie 21 qui ont des comorbidités "sont à risque"

franceinfo
·2 min de lecture

"À 40 ans déjà, ce sont des personnes âgées", affirme sur franceinfo Jean-Marie Le Méné, président de la fondation Jérôme Lejeune qui soutient la recherche de traitements pour la trisomie 21.

"On s'est aperçu que les personnes touchées par la trisomie 21 avaient les mêmes risques que les personnes qui ne sont pas touchées mais avec 20 ans d’avance" en cas d’exposition au Covid-19, a expliqué Jean-Marie Le Méné, président de la fondation Jérôme Lejeune qui soutient la recherche de traitements pour la trisomie 21, ce dimanche sur franceinfo. "C'est-à-dire que lorsqu'elles souffrent d'obésité, de diabète ou d’Alzheimer, dès l'âge de 40 ans, elles sont à risque." On estime qu'il y a entre 60 000 et 70 000 personnes porteuses de trisomie 21 en France.

>> Covid-19 : Retrouvez les dernières informations sur la pandémie dans notre direct

franceinfo : pendant cette pandémie de Covid-19, faut-il porter une attention particulière aux personnes porteuses de trisomie 21 ?

Jean-Marie Le Méné : Oui, absolument. D'ailleurs, les autorités sanitaires françaises, européennes et même mondiales ont attiré l'attention sur la fragilité des personnes trisomiques 21 dans des propositions qui étaient d'ailleurs un peu alarmistes. Nous avons participé à une grande étude internationale avec plus de 1 000 cas avec d'autres pays européens et on s'est aperçu que les personnes touchées par la trisomie 21 avaient les mêmes risques que les personnes qui ne sont pas touchées mais avec 20 ans d’avance : c’est-à-dire que lorsqu'elles souffrent d'obésité, de diabète ou d’Alzheimer, dès l'âge de 40 ans, elles sont à risque. Cela nous a permis, en travaillant avec la Haute Autorité de santé, (...)

Lire la suite sur Franceinfo

Ce contenu peut également vous intéresser :

A lire aussi