Covid-19 : le couvre-feu peut-il vraiment marcher?

·1 min de lecture

C'est un pari et un espoir : un couvre-feu renforcé pourrait suffire à contenir l'épidémie. Sur quelles données l'exécutif a-t-il fondé son choix? S'il est difficile d'isoler le poids d'un paramètre dans un éventail de restrictions, plusieurs études ont démontré que cette mesure pouvait être efficace. Des chercheurs de l'Institut Pasteur, du CNRS et de l'Inserm ont décortiqué le cas de la Guyane, où un couvre-feu de plus en plus resserré a été imposé en juin et juillet parallèlement à d'autres limitations (écoles, bars, frontières…).

Selon leur analyse, le taux de reproduction du virus (R) est passé de 1,7 à 1,1 à une date coïncidant avec la mise en place de ces interventions. De quoi suggérer un lien de cause à effet, sans pouvoir isoler le rôle du seul couvre-feu. Et l'expérience guyanaise est peu transposable en métropole (population jeune, près de 20 % des habitants déjà infectés).

Lire aussi - Reconfinement : pourquoi Emmanuel Macron a dit non

La publication de référence porte sur la deuxième vague. Cette étude publiée le 18 décembre 2020 par Santé publique France (SPF) suggère "un impact positif" des mesures de freinage adoptées entre le 17 et le 30 octobre, date du deuxième confinement national. Ce document constate "une inversion de la tendance épidémiologique" suivie d'une "très importante diminution des indicateurs" dans les sept à dix jours suivant la mise en place des couvre-feux et "de manière plus précoce dans les métropoles initialement visées". Mais, là e...


Lire la suite sur LeJDD