Covid-19 : à quoi servirait un couvre-feu en période de confinement ?

Maxime Poul
·2 min de lecture
Abandonné il y a quelques jours pour laisser place au confinement, le couvre-feu à 21 heures pourrait faire son retour à Paris en plus du confinement actuel.
Abandonné il y a quelques jours pour laisser place au confinement, le couvre-feu à 21 heures pourrait faire son retour à Paris en plus du confinement actuel.

Si Gabriel Attal a annoncé la mise en place d’un couvre-feu à partir de 21 heures à Paris, Matignon a démenti en indiquant qu’une décision sera prise “dans les prochains jours”. À quoi ressemblerait cette mesure en cette période de confinement ?

C’est une annonce qui a quelque peu créé la surprise ce mardi matin. Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement, a annoncé sur BFM-TV et RMC que l’exécutif avait fait le choix d’instaurer un couvre-feu à partir de 21 heures dans la capitale ainsi que probablement dans le reste de l’Île-de-France. Mais cette information a dans la foulée été démentie par Matignon qui a tout de même confirmé que le sujet était à l’étude et qu’une décision “sera prise dans les prochains jours”.

Les commerces fermés après 21 heures ?

L’information peut tout de même paraître surprenante en plein confinement, cette mesure qui est censé être la plus stricte de toutes. Ajouter un couvre-feu à 21 heures en période de confinement servirait sans doute à empêcher certains commerces tels que les supérettes de quartier ou d’autres magasins à rester ouverts après 21 heures et donc donner moins de raisons aux gens d’être dans la rue.

À LIRE AUSSI >> D’où vient l’expression “couvre-feu” ?

Cela interdirait également aux bars et aux restaurants qui continuent à pratiquer la vente à emporter d’ouvrir après 21 heures. La préfecture de police a en effet annoncé que cela amenait des “regroupements de clients et de livreurs sur la voie publique” ainsi que “des déplacements superflus à partir de ces établissements et vers eux”, comme le rapporte Le Monde. Ces présences rendent les contrôles plus difficiles et rendraient les abus plus difficiles à repérer.

Lors de son annonce vite démentie par Matignon, Gabriel Attal avait indiqué qu’il était “insupportable” de voir certains Français ne pas respecter les règles avant d’évoquer un “laisser-faire”. De quoi se dire que si l’exécutif est en train d’étudier la mise en place d’un couvre-feu c’est qu’il estime que ce confinement partiel a peut-être besoin d’un tour de vis supplémentaire.

Ce contenu peut également vous intéresser :