Covid-19 : un couvre-feu à 18h appliqué dans l'Est de la France

·2 min de lecture

Pas de reconfinement, mais un couvre-feu avancé de deux heures, à 18h00, dans une partie de l'Est du pays. D'après le ministère de la santé, 20 départements seraient visés, depuis les Ardennes jusqu'aux Alpes-Maritimes, en passant par l'Allier et le Haut-Rhin.

Pas de reconfinement, mais un couvre-feu avancé de deux heures, à 18h00, dans une partie de l'Est du pays: pour contenir l'épidémie de Covid-19, le gouvernement prévoit des mesures supplémentaires là où le virus circule rapidement. "Nous allons proposer une extension du couvre-feu, qui au lieu de démarrer à 20h00, démarrera à 18h00 dans l'ensemble des territoires dans lesquels ça s'avèrera nécessaire", a affirmé le ministre de la Santé, Olivier Véran, sur le plateau de France 2. "Ces mesures seront applicables à partir du 2 janvier".

Car "la situation est plus problématique dans quatre régions", a-t-il souligné: le Grand Est, la Bourgogne Franche-Comté, la région Auvergne-Rhône-Alpes, et le département des Alpes-Maritimes. D'après son ministère, 20 départements seraient visés, depuis les Ardennes jusqu'aux Alpes-Maritimes, en passant par l'Allier et le Haut-Rhin. La mesure a été décidée lors d'un conseil de défense mardi matin et doit être mise en oeuvre après concertation avec les élus, préfets et agences régionales de santé.

Lire aussi : le point sur le coronavirus

Confronté à une recrudescence de l'épidémie, le maire de Nice, Christian Estrosi (LR), s'est dit satisfait, souhaitant "des mesures évitant un reconfinement local et ses conséquences", sur Twitter. De son côté, la mairie de Nancy, dont le maire PS, Mathieu Klein s’était prononcé ces derniers jours en faveur d’un reconfinement local, estime dans un communiqué que "le couvre feu est une mesure tardive, qui risque de s’avérer insuffisante".

C'est aussi l'avis du Conseil scientifique remis au gouvernement le 23 décembre, et rendu public mardi soir, qui recommande d'aller vite en raison d'une "probable" reprise "incontrôlée de l'épidémie" à cause du "surcroît(...)


Lire la suite sur Paris Match