Covid-19: les cours d'EPS en intérieur à nouveau autorisés

Clarisse Martin
·2 min de lecture
La fermeture des piscines pour les écoliers fait craindre une augmentation des noyades cet été - AFP
La fermeture des piscines pour les écoliers fait craindre une augmentation des noyades cet été - AFP

Après deux semaines de vacances encadrées de deux autres semaines d'enseignement à distance, collégiens et lycéens retrouvent ce lundi le chemin des salles de classe. Un retour qui, avec la fin de la limite des 10 km, pose le premier jalon du déconfinement annoncé la semaine passée par Emmanuel Macron.

En milieu scolaire, un changement de taille entre également en vigueur: après de longs mois d'interdiction, les cours d'éducation physique et sportive (EPS) vont pouvoir reprendre en intérieur, dans les gymnases et piscines. C'est également le cas des activités sportives dans le cadre du temps périscolaire.

"Les activités physiques en extérieur ainsi que les activités 'de basse intensité' en intérieur permettant le port du masque dans les gymnases sont à privilégier notamment dans les départements faisant l’objet de mesures de freinage renforcées", indique le ministère de l'Éducation nationale dans sa "foire aux questions" dédiée au coronavirus, mise à jour samedi sur son site. "Les activités de motricité sont-elles aussi autorisées en intérieur en école maternelle", est-il également précisé.

Port du masque pas obligatoire

Le port du masque ne sera toutefois pas obligatoire pour les séances, même en intérieur, mais une distanciation physique de deux mètres devra être observée entre chacun.

"Dans le respect des règles de distanciation précédemment indiquées, les gymnases permettent la pratique de nombreuses activités physiques autres que les sports collectifs (step, préparation physique, ateliers de gymnastique, yoga, tennis de table...), précise le ministère dans la fiche dédiée aux personnels de l'Éducation nationale.

Le corps enseignant fustige la manière

Cette nouveauté n'avait pas été évoquée la semaine passée, et son annonce ce samedi a surpris au sein du corps enseignant. Il s'agit, pour le Syndicat national des lycées, collèges et écoles du supérieur (SNALC), du "triste record du protocole applicable le plus court et le plus contradictoire de cette longue période d'enseignement en contexte Covid". Le syndicat dénonce un "revirement de situation" qui constitue "une pression inadmissible" sur "toute une profession à bout de souffle".

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

"Quand le (ministère de l'Éducation nationale) confond le 1er mai avec le 1er avril en modifiant la FAQ ce jour pour autoriser à nouveau la pratique de l'EPS en intérieur. De quoi rendre les (personnels de direction) dingues ou furieux ou les deux", a dénoncé sur Twitter Philippe Vincent, le secrétaire général du Syndicat national des personnels de direction de l'Éducation nationale (SNPDEN-Unsa).

"Nouvelles consignes sur l'EPS dans la FAQ: dehors puis dedans puis dehors, et maintenant, pour la fête du travail, c'est dedans! On marche sur tête - une sincère pensée pour les professeurs d'EPS qui programment et déprogramment", déplore, au diapason, Bruno Bobkiewicz, chargé de communication au sein du SNPDEN-Unsa.

Article original publié sur BFMTV.com