Covid-19 : la consommation de vin a reculé, mais moins que prévu

Source AFP
·1 min de lecture
Les usages du vin se sont adaptés à la pandémie, en évoluant vers de nouveaux modes de consommation. 
Les usages du vin se sont adaptés à la pandémie, en évoluant vers de nouveaux modes de consommation.

Marquée par un contexte de pandémie, la consommation mondiale de vin a baissé de 3 % en volume en 2020. Si ce recul reste significatif, il est moindre que redouté par les professionnels du secteur au regard de l'ampleur de la crise du Covid-19, a annoncé l'Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV), ce mardi 20 avril. Dans le détail, la consommation de vin est estimée à 234 millions d'hectolitres, soit 7 millions d'hectolitres de moins sur un an, comme lors de la crise financière de 2008-2009. C'est la plus faible consommation de vin depuis 2002.

En octobre, l'OIV anticipait une baisse des ventes mondiales de vin d'environ 10 % pour 2020, année marquée par les confinements et les fermetures des cafés, hôtels et restaurants (CHR), mais aussi par les « taxes Trump » sur certains vins européens et les taxes chinoises sur les vins australiens. « C'était une vision un peu trop négative », reconnaît Pau Roca, directeur général de l'OIV , auprès de l'Agence France-Presse. Selon le dirigeant, la hausse des ventes de vin en supermarché a « assez bien compensé » la fermeture des bars et des restaurants.

À LIRE AUSSI EXCLUSIF. À Saint-Émilion, rififi autour d'un des plus grands vins de France

Le vin en emballage carton a le vent en poupe

Le Covid-19 a occasionné toutes sortes de transferts, « entre les canaux de distribution, la consommation dans les bars et les restaurants s'étant reportée » sur les ventes dans la grande distribution et en ligne, relève Pau [...] Lire la suite