Covid-19 : le conseil scientifique sur le point de tirer sa révérence

AFP/Archives - JOEL SAGET

Né mi-mars 2020, sur demande d'Emmanuel Macron, ce comité ad hoc d'une dizaine de scientifiques sortira de scène le 31 juillet.

La pandémie de Covid-19 n'est pas terminée, mais le Conseil scientifique s'apprête à tirer sa révérence fin juillet, après quasiment deux ans et demi d'activité, sur d'ultimes recommandations et quelques enseignements.

300 réunions et près de 90 avis ou notes

Né mi-mars 2020, sur demande d'Emmanuel Macron, ce comité ad hoc d'une dizaine de scientifiques sortira de scène le 31 juillet. La France en finira alors officiellement avec l'état d'urgence sanitaire, alors que la septième vague épidémique semble en phase descendante et que l'exécutif martèle qu'il faut apprendre à "vivre avec" le virus. L'ultime avis du Conseil scientifique, une cinquantaine de pages publiées le 20 juillet, ne se veut ni "un testament, ni un retour d'expérience alors même que l'épidémie n'est pas terminée", mais plutôt une "boussole".

Pendant deux ans et quatre mois, assortis de "plus de 300 réunions" et de multiples interventions dans les médias, ses membres ont délivré des conseils, notamment près de 90 avis ou notes sur la situation sanitaire et les moyens de contrer les vagues épidémiques. Des infectiologues, des épidémiologistes, des soignants, des spécialistes des sciences humaines (anthropologue, sociologue), renforcés au bout de quelques mois par six autres experts (gériatre, vétérinaire, pédopsychiatre...) ont fait un exercice délicat, entre science, pédagogie, et gestion sanitaire.

L’exécutif est loin d'avoir toujours suivi leurs préconisations, ou alors à retardement pour certains confinements. Il a aussi tardé plusieurs fois à diffuser ses avis. Deux ans et demi après le début d'une "crise inédite" liée au Covid-19, où sont apparues "les relations parfois complexes entre science et politique", le Conseil esquisse des scénarios pour les prochains mois car la pandémie "n'est pas terminée".

Pour l'instance sanitaire, une diminution progressive de l’impact du SARS-CoV-2 est envisageable, grâce à l'immunité de la population post-vaccinations et post-infections, mais avec des "pics de c[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles