Covid-19 : les confinements du week-end produisent de premiers effets

La route du littoral de Nice (Alpes-Maritimes), d'habitude si fréquentée, est déserte. Le confinement a chassé les voitures du bord de mer, mais pas les habitants qui profitent de leur heure de promenade. Pour ce troisième week-end de confinement sur le littoral des Alpes-Maritimes, les forces de l’ordre multiplient les contrôles. Nice enregistre encore le taux de contamination le plus élevé de France métropolitaine. Devant les centres de vaccination, on fait la queue. Aujourd'hui 5 200 doses du vaccin Pfizer ont été distribuées pour les habitants de la métropole, avec l'objectif de vacciner tous les plus de 75 ans d’ici deux semaines. Les effets du confinement partiel Mais le confinement partiel a-t-il un impact sur la situation sanitaire ? “Il y a toujours un décalage entre la mise en place des mesures et leurs effets”, tempère la journaliste Jihane Benzina, sur le plateau de France 2. Le taux d’incidence dans les Alpes-Maritimes est en baisse, il est passé de 528 à 469. À Dunkerque, le taux de 959 est passé à 673. “Dans le Pas-de-Calais on passe de 409 cas à 418, mais le confinement avait démarré plus tard.” En revanche, d’autres indicateurs ne s’améliorent pas : “Le taux d’occupation de lits en réanimation ne diminue pas dans les Alpes-Maritimes, avec 107%”, poursuit la journaliste.