Covid-19 : la confiance en autrui était un des facteurs clés pour contrôler l’épidémie

·2 min de lecture

Selon une étude qui a analysé différents facteurs sociaux et leur impact sur la dynamique épidémique, les pays où le gens font plus confiance aux autres ont eu des meilleurs résultats face à la pandémie de Covid-19.

Un contrat social fort est essentiel pour contrer le coronavirus efficacement. Cette idée peut paraître une évidence tant la propagation du coronavirus dépend de nos comportements (port du masque, respect de la distanciation et d’autres mesures, vaccination, etc.). Pourtant, ce n’est pas forcément le facteur auquel on pense en premier quand on cherche les points qui auront le plus d’incidence sur les conséquences de l’épidémie dans un pays. Cependant, une étude publiée dans le journal le 6 janvier 2022 montre que le contrat social, basé sur la confiance dans l’autre et la solidarité envers autrui, est le facteur social le plus prédictif des résultats d’un pays contre la pandémie, au-dessus de la richesse de ce pays, le nombre de lits d’hôpital dont il dispose ou la rigidité des mesures décrétées pour contrôler le virus.

La confiance en autrui est essentielle face à la pandémie

Les chercheurs de l’Université d’Exeter (Royaume-Uni) ont analysé la résilience épidémique d’environ 150 pays, définie comme la vitesse à laquelle un pays parvient à faire descendre le nombre de cas et de décès après le pic épidémique. Pour cette analyse, ils ont pris en compte les données épidémiologiques de la première vague dans ces pays, couplées à des données sociales telles que la population, le PIB, le système de santé et le niveau de confiance envers le gouvernement ou les autres citoyens. Cette résilience était très variable parmi les pays étudiés : par exemple, les pays les plus résilients (Slovaquie, où le nombre de décès a atteint la moitié du pic en à peine 7 jours) ont réussi à faire baisser le nombre de décès 25 fois plus rapidement que les moins résilients (Indonésie, Mexique et Roumanie, qui ont nécessité de 165 jours pour couper de moitié le nombre de décès du pic).

Parmi les facteurs étudiés, celui avec la plus grande influence sur la résilience était la confiance en autrui, mesurée comme la proportion de personnes qui jugent "qu’on peut faire confiance à la plupart des gen[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles