Covid-19 : les commerçants qui ont baissé les bras

Certains commerçants, malgré les aides de l’État, ont dû mettre la clé sous la porte à cause de l’épidémie de Covid-19. Pendant 9 ans, Christophe Giniot a géré sa salle de sport, qu’il a dû fermer en juin suite à sa fermeture forcée. "Elle était à l’équilibre, puis la pandémie est arrivée, et ce n’était plus possible. On se demande comment on va faire pour les autres, mais avec celle-là, c’était du suicide." L’ancien sportif de haut niveau possède trois autres clubs à sauver, qui continuent une activité à minima. "On est ouverts que pour les personnes dites prioritaires, pour les sportifs de haut-niveau, les personnes handicapées, ou avec prescription médicale, mais ce n’est pas suffisant pour faire tourner la boutique", explique-t-il. Une montagne de factures Avec 17 employés, 1500 m² de locaux, seulement 60 000 euros d’aides pour un manque à gagner de 600 000 euros, et les factures qui s’amoncellent. Loyers, taxe foncière… Des dettes qui l'inquiètent lui et sa famille, qui ont créé une holding familiale, et ne sont pas d’accord sur la marche à suivre. "C’est une situation catastrophique", résume-t-il.