Réouverture des terrasses : comment limiter le risque de contamination ?

·6 min de lecture
Photo d'illustration

L'idéal est une terrasse bien aérée, pas trop bruyante, avec des tables suffisamment espacées pour limiter la proximité entre les clients.

La date du 19 mai était cochée sur de nombreux agendas pour la réouverture des terrasses des bars et des restaurants, comme en témoigne un sondage Harris-interactive. À deux semaines de la réouverture, 68% des sondés avaient déjà réfléchi où et avec qui ils comptaient se rendre en terrasse le 19 mai, signe de l'impatience que suscite cette date, après 6 mois et demi de fermeture.

"Le risque de contamination en terrasse est bien moindre que dans les espaces intérieurs mal ventilés, mais il n'est pas nul", rappelle l'épidémiologiste Antoine Flahault. Il y a donc quelques règles à suivre afin de limiter les risques de contagion.

"Éviter de manger avec quelqu'un qui tousse"

"Ca peut paraître évident, mais la règle de base, c'est d'éviter de boire un verre ou de manger avec quelqu'un qui a de la fièvre, qui tousse, qui a des symptômes du Covid. En vous parlant sans masque, il risque de vous contaminer, même en extérieur", rappelle Michaël Rochoy, chercheur en épidémiologie.

Vidéo. Les terrasses des cafés et des restaurants rouvrent ce mercredi

Élément-clé inscrit dans les protocoles sanitaires permettant la réouverture des terrasses, la distance entre les clients. Seule la consommation assise sera autorisée, et les terrasses ne pourront accueillir que 50% de leur capacité maximale jusqu'au 9 juin, avec des tables de 6 personnes maximum jusqu'au 30 juin. De quoi limiter la densité et la proximité entre les clients. 

"La distanciation physique est un élément important quand on n'a pas de masque"

"Même si vous êtes à l'extérieur, la distanciation physique est un élément très important, notamment quand vous mangez et buvez car vous n'avez pas de masque. Il vaut donc mieux privilégier une terrasse où les tables sont bien espacées et qui n'est pas bondée", poursuit Michaël Rochoy.

À LIRE AUSSI >> Covid-19 : quels risques à faire une fête en extérieur sans masque ?

Exception pour les petites terrasses de moins de 10 tables. La jauge de 50% ne s'appliquera pas pour ces petites structures, qui devront néanmoins séparer leurs tables par "du plexiglas, un paravent ou des feuillages".

Se méfier des terrasses avec des parois en plexiglas

Le recours à des parois en plexiglas pour séparer ces tables pourrait toutefois contreproductif à en croire certains scientifiques, qui estiment que l'air se retrouve bloqué entre ces parois, ce qui empêche une bonne ventilation du lieu, comme l'illustre cette animation.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Initialement prévues au protocole de réouverture en Belgique pour rapprocher les tables, les parois de plexiglas ont finalement été interdites, en raison des doutes sur l'efficacité d'un tel dispositif, rapportait la RTBF le 7 mai.

Interrogé sur BFMTV, Olivier Véran s'est montré réticent à l'utilisation de parois latérales en terrasses. "Les terrasses ne peuvent être totalement closes. On protège les clients avec des parasols mais il faut qu'il y ait des aérations sur les côtés, se méfier des barricades qui empêchent l'évacuation de l'air", met en garde le ministre de la Santé.

"Privilégier une terrasse totalement ouverte"

Malgré l'arrivée du printemps, le temps sera encore pluvieux dans de nombreuses régions ces prochains jours, avec des températures fraîches, pas plus de 20 degrés dans l'après-midi. De quoi inciter à aller sur une terrasse couverte.

Une mauvaise idée, pour l'épidémiologiste Antoine Flahault. "La règle d'or, c'est l'aération. Il faut privilégier une terrasse ouverte, avec éventuellement une simple protection contre la pluie ou le soleil, plutôt qu'une terrasse fermée avec des parois latérales qui empêchent une bonne ventilation du lieu", met en garde le directeur de l'Institut de santé globale, qui incite donc à éviter les terrasses munies de parois en plexiglas.

"Observez les fumeurs pour voir si la terrasse est bien ventilée"

L'aération figure (enfin) dans les protocoles de réouverture des commerces avec "portes et/ou fenêtres ouvertes autant que possible" et mesure de la concentration de l'air en CO2. Pour les terrasses, censées. être naturellement aérées, aucune obligation concernant l'aération.

Pour choisir au mieux sa terrasse, Antoine Flahault propose donc une observation simple. "S'il y a un fumeur, observez la fumée. Si vous voyez un nuage de fumée qui stagne, c'est que l'endroit est mal ventilé. Si la fumée se dissipe rapidement, la ventilation est bonne". Car, rappelle l'épidémiologiste "la fumée de cigarette est générée comme les aérosols qu'on expire. Donc si la fumée de cigarette stagne, dites vous que s'il y a un malade du covid sur cette terrasse, le virus stagnera de la même manière, et vous risquez d'être contaminé par les aérosols dégagés par le malade".

Éviter les terrasses trop bruyantes

Mieux vaut donc choisir une terrasse littéralement en plein air plutôt que sous abri. La contamination par aérosol, largement sous-estimée, pourrait être le principal mode de contamination, relèvent plusieurs études.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

La Grèce a décidé, pour la réouverture de ses bars et restaurants, d'interdire la diffusion de musique. "L'idée c'est d'éviter aux clients de devoir élever la voix pour se faire entendre. Plus vous parlez fort, plus vous émettez d'aérosol et donc potentiellement du virus. Donc dans l'idéal, il vaut mieux privilégier une terrasse où la musique n'est pas trop forte", observe Antoine Flahault.

"Le seul risque c'est la contamination individuelle"

Une fois que vous avez trouvé une terrasse bien ventilée, calme, avec de l'espace entre les tables, "le risque qui subsiste est celui de la contamination individuelle, en face-à-face, avec les personnes avec qui vous partagez votre verre ou votre repas. Le risque de cluster est écarté si l'aération est les distances sont respectées", détaille Antoine Flahault. "Mais en extérieur, la contamination par le client qui est installé à la table d'à côté, avec lequel vous êtes dos-à-dos est très peu probable".

Enfin, la délicate question du masque. Faut-il s'astreindre à la gymnastique d'enlever et remettre son masque entre chaque gorgée? "Ce n'est pas utile, en revanche, une fois votre verre terminé, il est préférable remettre le masque si vous continuez à parler pour limiter le temps où vous allez excréter du virus", recommande Michaël Rochoy. Il ne vous reste plus qu'à trouver une terrasse calme, bien aérée, avec des tables suffisamment espacées. Bon courage.

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles