Covid-19 : pas de coiffeurs ou d'esthéticiennes à domicile durant le confinement

·2 min de lecture

Les coiffeurs et les esthéticiennes à domicile ne pourront bientôt plus exercer durant le confinement, a indiqué le gouvernement évoquant l'équité par rapport aux salons, fermés depuis jeudi soir, et le risque sanitaire. 

Les coiffeurs à domicile auront eu quelques jours de répit. Alors que les salons ont fermé leurs portes jeudi soir, suite à l’annonce par Emmanuel Macron d’un nouveau confinement de la France à compter de vendredi 30 octobre, la coupe ou le brushing pouvaient -ce week-end du moins- se réaliser à domicile. En effet, coiffeurs et esthéticienne sont autorisés à poursuivre leurs activités au domicile de leurs clients, durant le confinement.

Ce ne sera bientôt plus le cas, le gouvernement va apporter des corrections comme l’a expliqué le ministre de l’Economie Bruno Le Maire, lundi matin sur RTL. «Ce n'est pas compréhensible pour un salon de coiffure qui a fait tous les efforts pour s'adapter aux règles de sécurité sanitaire (...) que dans le même temps, vous puissiez avoir de la coiffure à domicile», a-t-il expliqué précisant : «Nous corrigerons les choses dans la journée et la coiffure à domicile ne sera plus possible, par soucis d'équité».

Le domicile "encore plus dangereux qu’en salon ou en institut"

Questionné sur les contrôles mis en place il répond : «Le contrôle c’est que nous pouvons compter sur le sens des responsabilités des Français. Il est immense et ils le montrent tous les jours face à cette crise. Ils doivent savoir qu'il n'est pas raisonnable de laisser un coiffeur à domicile venir chez vous.»

Dans le même temps quasiment, Alain Griset, le ministre délégué aux PME, évoquait lui aussi les coiffeurs à domicile, ainsi que les esthéticiennes, mettant l’accent sur le risque sanitaire. «La coiffure à domicile, l’esthétique à domicile -qui est de notre point de vue encore plus dangereux qu’en salon ou en institut- ne pourront pas s’exercer pendant cette période de fermeture», a-t-il déclaré sur BFMTV. Evoquant le(...)


Lire la suite sur Paris Match