Covid-19 : cinq questions autour du masque FFP2, plus filtrant mais plus délicat à utiliser

·1 min de lecture
© Reuters

La nouvelle vague de l'épidémie de Covid-19  continue de déferler en France. Le taux d'incidence s'élevait à 1.518 nouveaux cas pour 100.000 habitants, jeudi selon CovidTracker. Et plus de 219.000 contaminations ont été détectés en 24 heures samedi. Un chiffre supérieur à 200.000 pour le troisième jour consécutif. Pour mieux se protéger du variant Omicron, plus contagieux, le débat autour des masques FFP2 refait surface dans le débat public. Est-il plus protecteur qu'un masque chirurgical? Faut-il le généraliser? Voici quelques éléments de réponse.

1. C'est quoi un masque FFP2?

Ce masque, en forme de bec de canard, est constitué d'une pièce faciale (demi-masque ou masque complet) assorti d'un dispositif de filtration. La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) rappelle qu'il s'agit "d'équipement de protection individuelle, répondant à des exigences de sécurité et de santé européennes", vérifiées selon la norme NF EN 149 ou "par des normes étrangères reconnues comme équivalentes."

2. Est-il vraiment plus protecteur?

Cette composition permet une filtration accrue comparée aux masques chirurgicaux ou en tissus, "de 94% des aérosols" précise la DGCCRF. Selon une étude des chercheurs de l'université de Göttingen, en Allemagne, et de l'université de Cornell, aux Etats-Unis, si deux personnes discutent, à 1,50 mètre de distance, le risque que l'une d'entre elle soit contaminée est de 90% en quelques minutes sans masque, de 30%...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles