Covid-19. Hydroxychloroquine, paracétamol... L’Inde reprend ses exportations de médicaments

Hindustan Times (New Delhi, Lucknow, Patna, Calcutta)
1 / 2

Covid-19. Hydroxychloroquine, paracétamol... L’Inde reprend ses exportations de médicaments

À l’issue d’un bras de fer de trois jours avec Donald Trump, le gouvernement Modi a décidé, mardi 7 avril, de renoncer partiellement au blocus pharmaceutique décrété en mars.

Donald Trump a gagné. Alors qu’il réclamait depuis trois jours à l’Inde, l’un des plus gros producteurs mondiaux de médicaments, de renoncer au blocage des exportations de certaines molécules pour lutter contre le coronavirus, menaçant même ce pays de “représailles” s’il n’obtempérait pas, le président américain a obtenu satisfaction, mardi 7 avril. Le gouvernement Modi consent “finalement” à rouvrir ses frontières au paracétamol et à l’hydroxychloroquine (utilisée contre certaines maladies orphelines comme la polyarthrite, à ne pas confondre avec la chloroquine qui est un anti-parasitaire utilisé contre le paludisme), relate l’Hindustan Times.

Cela se fera de manière encadrée toutefois : les exportations, qui avaient été interdites dès le 3 mars par Delhi s’agissant du paracétamol et d’une bonne vingtaine d’autres produits, et le 25 mars s’agissant de l’hydroxychloroquine, ne vont reprendre que “dans des quantités appropriées”. Et elles ne pourront bénéficier qu’aux pays “voisins” qui “dépendent” de l’industrie pharmaceutique indienne, ainsi qu’aux pays “particulièrement affectés” par la pandémie. Sous entendu : les

[...] Retrouvez cet article sur Courrier international

À lire aussi :
Verbatim. Pour défier le nouveau coronavirus, Narendra Modi en appelle au pouvoir des bougies
Quarantaine. Modi confine 1,3 milliard d’Indiens à domicile
Médecine. À Cuba et au Venezuela, le pari de l’interféron contre le coronavirus
Pandémie. La “guerre des masques” est déclarée