Covid-19: la Chine resserre drastiquement ses contrôles aux frontières

·2 min de lecture

La Chine ferme provisoirement ses frontières aux voyageurs étrangers en provenance de Belgique, du Royaume-Uni, d’Inde et des Philippines. Et la liste pourrait s’allonger. Cette suspension des visas est une mesure temporaire nécessitée par la situation pandémique actuelle ont fait savoir les autorités chinoises.

De notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde

La Chine, pays où la pneumonie virale a fait son apparition l’hiver dernier, est parvenue à contenir le virus sur son sol. Elle n’a jamais relâché sa vigilance.

Des agents de l’immigration en combinaison de protection dès l'arrivée sur le tarmac, des quatorzaines hermétiques obligatoires dans des hôtels désignés, des tests PCR avant le décollage et juste après l’atterrissage, la Chine est une bulle sanitaire et entend le rester. Pékin craint un afflux de cas de contamination importés.

Deux tests Covid-19

Face à la résurgence épidémique, les autorités chinoises reviennent à une suspension temporaire des visas décidée le 28 mars dernier et levée partiellement cet été, y compris pour les porteurs de permis de séjour. Cette décision s’applique aux voyageurs étrangers et non aux ressortissants chinois en provenance du Royaume-Uni, de Belgique, de l’Inde et des Philippines, mais la liste pourrait s’allonger dans les prochains jours.

Ce sont 42 ambassades chinoises, notamment dans 13 pays européens dont la France, l’Allemagne et l’Italie, mais aussi aux États-Unis, en Russie, au Brésil, en Afrique du Sud, en Égypte, ou au Pakistan qui préviennent qu’il est désormais nécessaire de faire deux tests Covid-19 dans les 48 heures avant l’embarquement pour pouvoir venir sur le territoire chinois : un dépistage PCR et un test sérologique.

Pour la chambre de commerce de l’Union européenne à Pékin, cette mesure revient à « interdire quiconque de rentrer en Chine pour retrouver son travail ou sa famille ». Ces restrictions sont applaudies par les réseaux sociaux. Elles s’ajoutent à un trafic aérien qui n’a jamais vraiment repris et à des visas de toute façon délivrés au compte-goutte. « Nous ne voyons plus de marchands étrangers ici, confiait récemment un agent d’exportation africain basé à Yiwu dans le sud du pays, c’est toute la Chine qui est aujourd’hui confinée. »