Covid-19 en Chine : la quarantaine n'est plus obligatoire pour entrer dans le pays

Un avion de la compagnie China Eastern Airlines avec à bord 133 personnes s'est écrasé lundi dans le Sud-Ouest de la Chine
  - PASCAL PAVANI © 2019 AFP
Un avion de la compagnie China Eastern Airlines avec à bord 133 personnes s'est écrasé lundi dans le Sud-Ouest de la Chine - PASCAL PAVANI © 2019 AFP

Depuis ce dimanche, les voyageurs arrivant en Chine n'ont plus à respecter de quarantaine obligatoire. Seul un test négatif de moins de 48 heures est exigé pour entrer sur le territoire chinois.

Un simple test négatif de moins de 48 heures est désormais suffisant pour entrer en Chine: dès ce dimanche, les quarantaines obligatoires à l'arrivée dans le pays, dernier vestige de sa stricte politique sanitaire du "zéro Covid" qui isolait le pays depuis près de trois ans, sont abolies.

La Chine était la seule grande économie qui continuait à imposer à l'arrivée sur son territoire des quarantaines qui pénalisent le tourisme, même si leur durée avait été réduite ces derniers mois.

Les voyageurs arrivant sur le territoire chinois devaient observer une quarantaine de cinq jours à l'hôtel, suivis de trois jours d'observation à domicile. En juin, la Chine avait déjà réduit de moitié la durée de la quarantaine obligatoire pour les voyageurs arrivant dans le pays: celle-ci était passée à 10 jours, contre 21 auparavant.

Rétablissement progressif des voyages à l'étranger

La Commission de la Santé a indiqué qu'elle ne considérait plus le Covid-19 comme une "pneumonie" mais comme une maladie "contagieuse" moins dangereuse. Selon les autorités, cette nouvelle classification sanitaire ne justifie plus de quarantaines.

Certaines restrictions restent toutefois en place: la Chine a largement suspendu la délivrance de visas touristiques et pour étudiants étrangers depuis le début de la pandémie. La Commission de la Santé a par ailleurs évoqué un rétablissement progressif des voyages à l'étranger pour les Chinois, sans toutefois avancer de calendrier. Seuls des déplacements pour raisons impérieuses étaient jusque-là tolérés.

Le pouvoir a mis fin sans préavis le 7 décembre à la plupart des mesures de sa politique "zéro Covid", sur fond d'exaspération grandissante de la population et d'impact considérable sur l'économie.

Le gouvernement avait notamment décidé la fin des confinements à grande échelle et l'arrêt des placements systématiques des personnes testées positives dans des centres de quarantaine - des établissements décriés, au confort très variable. Il n'est par ailleurs plus obligatoire de présenter un test Covid négatif pour se rendre dans une autre province. Une décision appliquée du jour au lendemain.

Restrictions pour les voyageurs venant de Chine

Un abandon de l'essentiel des restrictions sanitaires qui a entraîné une flambée des contaminations du Covid en Chine, un phénomène largement passé sous silence par les autorités.

Face à cette explosion des cas, de nombreux pays ont décidé d'imposer de nouvelles mesures anti-Covid aux voyageurs en provenance de Chine, comme la France, l'Italie, l'Espagne, le Royaume-Uni, les États-Unis, le Japon ou encore le Canada.

À la veille de l'entrée en mesure de cette levée de quarantaine, samedi, l'Allemagne, la Belgique et le Luxembourg ont "déconseillé" les voyages non indispensables en Chine. En réaction, Pékin a jugé "inacceptable" ces mesures, n'excluant pas de prendre "des contre-mesures, selon le principe de réciprocité".

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Covid-19 : les dépistages pour les voyageurs en provenance de Chine irritent Pékin