Covid-19 : la Chine en profite pour s'attaquer au commerce illégal du pangolin, "du niveau du trafic d’armes et de drogue"

Dominique André, franceinfo

Il faut arrêter de manger du pangolin !, clament depuis des années les défenseurs de ce petit mammifère peu connu dans le monde mais très prisé en Asie pour sa chair délicate et hors de prix. La médecine traditionnelle asiatique l'utilise également beaucoup pour ses écailles.

Jugé responsable de la contamination

Or des experts chinois estiment que le coronavirus Covid-19 est apparu sur un marché de Wuhan où étaient vendus des animaux sauvages. L’hypothèse n'est pas validée par la communauté scientifique mais le pangolin fait partie des coupables désignés, qui auraient transmis le nouveau coronavirus à l’homme, comme ce fut le cas de la civette, un autre petit mammifère, lors de l’épidémie de SRAS en 2003. Le coronavirus a déjà tué près de 2 600 personnes en Chine continentale (hors Hong-Kong et Macaco) où on dénombre également près de 78 000 malades. Les autorités chinoises ont donc totalement interdit le commerce et la consommation de ces animaux sauvages.

Espèce menacée comme les éléphants, le pangolin est au cœur d’un trafic illégal sur lequel les autorités chinoises ont longtemps fermé les yeux. Cela fait des années qu'une ONG chinoise, dirigée par Su Feiya, se bat pour sauver le (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi