Mali : le chef de la junte réunit ses ministres sur fond d'incertitudes après les sanctions

·1 min de lecture

Le chef de la junte malienne, le colonel Assimi Goïta, préside lundi un conseil des ministres extraordinaire, sur fond d'incertitudes sur l'effet des sanctions infligées la veille par les voisins ouest-africains. La Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) a imposé dimanche une batterie de mesures de rétorsion qui ouvrent pour le pays, en proie à une grave crise sécuritaire et politique depuis neuf ans, une nouvelle période de grande incertitude.

Elle a durement sanctionné le projet de la junte de continuer à diriger le pays pendant plusieurs années et le manquement à sa promesse de tenir le 27 février des élections ramenant les civils au pouvoir. Le colonel Goïta, à la tête du pays depuis un premier coup d'Etat en août 2020 et intronisé président de transition après un second en mai 2021, n'a pas réagi publiquement aux décisions de la Cédéao.

L'occasion lui est donnée de le faire lors d'une réunion du conseil des ministres à 17H00 (locales et GMT) à Bamako. Il a eu lundi matin une longue séance de travail avec le Premier ministre installé par la junte, Choguel Kokalla Maïga, a indiqué un responsable de la présidence sous le couvert de l'anonymat.

La junte a déjà exprimé sa colère dans un communiqué lu à la télévision nationale au milieu de la nuit par le porte-parole du gouvernement en uniforme.

Elle a dénoncé des sanctions "illégales et illégitimes", accusant la Cédéao de se laisser "instrumentaliser par des puissances extra-régionales", une référence...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles