Covid-19 : des chercheurs examinent l'impact sur les sans-abri

·1 min de lecture
May 10, 2020 Homeless tents line Main Street in San Francisco's financial district during shelter in place order. Tents are surrounded by modern skyscrapers in an affluent area of the city.

Un chercheur canadien rapporte que les personnes sans-abri de moins de 65 ans ont un taux de mortalité cinq à dix fois plus élevé.

Des vaccins contre le virus, des tests PCR ou antigéniques, une prise en charge hospitalière, autant de traitements qui ne sont pas à la portée de tous. En effet, les sans-abri n’ont pas eu accès aux mesures sanitaires mises en place afin de contrer l’épidémie mondiale de Covid-19.

Au Canada, des chercheurs de l’Université de la Colombie-Britannique Okanagan ont étudié des stratégies qui pourraient aider les sans-abri pendant les périodes de pandémie. John Graham, directeur de l'École de service social de l’établissement, assure que les SDF ont été, pour la plupart, négligés. Son équipe a examiné des publications évaluées par des pairs, datant de 1984, qui examinaient comment cette population vulnérable était touchée par d'autres maladies hautement contagieuses ou transmissibles comme la tuberculose, le H1N1 et le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS). "Les sans-abri ne s'en sortent pas bien en termes de santé générale et ce risque augmente lors d'épidémies de santé publique. Les résultats de la recherche ont montré que les personnes sans-abri de moins de 65 ans ont un taux de mortalité cinq à dix fois plus élevé que la population générale", note le chercheur.

Vidéo. "S'ils sont contaminés, ils vont propager le virus. L'urgence c'est d'abriter les SDF" : Annie, bénévole et co-fondatrice d'"Abri de Femmes" interpelle Emmanuel Macron

"Certaines des méthodes de réponse ne sont pas facilement transférables aux populations de sans-abri, en partie à cause de leur nature transitoire. Mais il n'est pas inhabituel que les personnes sans-abri souffrent d'un certain nombre de maladies sous-jacentes, ce qui pourrait les rendre plus susceptibles de contracter le virus, et augmenter leurs risques de transmission et de mortalité", rapporte John Graham.

Des personnes vulnérables

Le chercheur postdoctoral Jordan Babando a identifié six thèmes clés qui affectent particulièrement les sans-abri dont l'éducation, le dépistage ou la vaccination. "Les sans-abri vivent souvent dans des abris de faible capacité ou dans des lieux de passage qui n'ont probablement pas accès à des ressources hygiéniques. Cela les expose à un risque accru d'obtenir et de propager des virus par rapport à la population générale.

Selon les auteurs, le surpeuplement des refuges, une mauvaise ventilation et une accumulation de personnes augmentent les facteurs de risque de virus et compliquent également la procédure de détection et de traçage. "Il est difficile de faire en sorte que la population sans-abri se présente à la clinique pour se faire vacciner et adhère aux règlements pour rester à la maison ou à distance sociale", alerte Jordan Babando. Avant d’ajouter : "Le Covid-19 est extrêmement important pour nous tous, mais plus particulièrement pour nos personnes vulnérables. Nous espérons que ces résultats contribueront davantage au dialogue".

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles