Covid-19 : le casse-tête du loyer à payer pour les restaurateurs

Source AFP
·1 min de lecture
Un café-restaurant à Paris, début octobre.
Un café-restaurant à Paris, début octobre.

C'est leur « problème majeur ». Selon un sondage réalisé par le syndicat patronal des indépendants du secteur de l'hôtellerie-restauration, le Groupement national des indépendants (GNI), payer son loyer est devenu la principale préoccupation des professionnels. Ainsi, « un professionnel sur deux n'est pas à jour de ses loyers (50,85 %) », affirme le syndicat mercredi, en publiant les résultats d'un sondage réalisé en octobre auprès de 1 240 adhérents, employant jusqu'à 20 salariés pour 90 % d'entre eux et dont un tiers sont à Paris.

« Cette dette est importante, elle représente au moins trois mois de loyers pour un professionnel sur deux », constate Didier Chenet, président du syndicat patronal, cité dans un communiqué. « Plus grand poste de dépenses » des professionnels « après le personnel », les loyers représentent 8 à 15 % du chiffre d'affaires hors taxes, dit-il. Parmi les chefs d'entreprise sondés, 40 % sont restaurateurs, 22 % hôteliers ou hôteliers-restaurateurs et 33 % bistrotiers ou propriétaires de cafés, brasseries.

Si huit professionnels du secteur des hôtels-cafés-restaurants sur dix ? et neuf sur dix à Paris ? ont sollicité leur bailleur lorsque le confinement pour combattre la pandémie de Covid-19 les a privés de trois mois d'activité, la majorité n'a « pas reçu de réponse favorable à la demande d'annulation des loyers le temps de la fermeture des établissements ». Ainsi, 55 % n'ont bénéficié d'aucune aide, 27 % ont bénéficié d'un report, le [...] Lire la suite