Covid-19 : et si un candidat tombait gravement malade pendant la campagne présidentielle de 2022 ?

·1 min de lecture

La Constitution prévoit l’hypothèse de l’"empêchement" d’un candidat à l’élection présidentielle, mais cette notion reste (volontairement) très floue.

D’abord, un peu de politique-fiction. Projetons-nous dans la campagne présidentielle de 2022 et imaginons que, quelques jours avant le premier tour, l’un des favoris contracte un énième variant du Covid-19 et soit hospitalisé dans un état préoccupant. Une hypothèse pas du tout improbable si l’épidémie n’était pas complètement maîtrisée d’ici l’année prochaine. De nombreux politiques ont attrapé le coronavirus et, ces derniers jours, deux ministres, Elisabeth Borne et Roselyne Bachelot, ont même été hospitalisées en raison de symptômes sévères.Juridiquement, l’article 7 de la Constitution prévoit le cas de figure dans lequel " un des candidats décède ou se trouve empêché " :- Si cela se produit dans les sept jours avant la date limite de dépôt des candidatures, " le Conseil constitutionnel peut décider de reporter l'élection ", sans obligation donc.- Si cela se produit avant le premier tour, la Constitution est plus affirmative : " le Conseil constitutionnel prononce le report de l'élection ".- En cas de décès ou " d’empêchement " de l’un des deux finalistes entre les deux tours, il faut tout recommencer : " le Conseil constitutionnel déclare qu'il doit être procédé de nouveau à l'ensemble des opérations électorales ".Sur le papier, tout semble donc réglé. A ceci près qu’aucun texte ne précise ce que peut bien vouloir...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Gibraltar, premier laboratoire post-Covid d'Europe

Origine du Covid-19 : la transmission par un animal intermédiaire "probable à très probable" selon l’OMS

"Il nous faut à présent une stratégie Zéro-Covid, claire et assumée"

Cas contacts tus, menaces, intimidations… Quand le #PasDeVague des enseignants rencontre le Covid

Covid-19 : les restrictions sanitaires étendues au Rhône, à l'Aube et à la Nièvre