Covid-19. Boris Johnson se résout à reconfiner l’Angleterre en catastrophe

Courrier international (Paris)
·2 min de lecture

Face à la résurgence de Covid-19 qui menace de submerger ses hôpitaux, le Premier ministre britannique a annoncé samedi 31 octobre un nouveau confinement pour un mois en Angleterre. Regrettant que Boris Johnson soit resté sourd aux appels alarmants des scientifiques, la presse britannique estime qu’il aurait dû agir beaucoup plus tôt.

Finis les sorties au pub, les rendez-vous chez le coiffeur et les visites à la salle de sport. Lors d’une conférence de presse samedi, le Premier ministre britannique Boris Johnson “l’air épuisé” a annoncé le retour au confinement dans l’ensemble de l’Angleterre pour tenter d’enrayer la deuxième vague de l’épidémie de Covid-19, rapporte The Independent. Il a été contraint d’annoncer cette décision en catastrophe après des fuites dans la presse affirmant qu’il le ferait lundi.

Le locataire du 10 10, Downing Street a précisé que les nouvelles restrictions qui entrent en vigueur jeudi, “prendraient fin le 2 décembre, tout en étant incapable de dire si ces mesures pourraient éventuellement être étendues dans le temps”, précise The Independent. Alors que le Royaume-Uni enregistre désormais plus de 20 000 cas supplémentaires par jour, les habitants ne seront autorisés à sortir de chez eux que pour des raisons précises comme l’éducation, le travail, l’exercice physique, les achats essentiels ou les soins aux personnes vulnérables.

“On ne peut pas dire que M. Johnson n’avait pas été prévenu”

Le retour au confinement au confinement constitue un “revirement grinçant à 180 degrés pour le Premier ministre qui a assuré pendant plusieurs mois qu’une telle mesure ne serait pas nécessaire, note The Mirror. Il y a deux semaines, il avait même défendu sa stratégie de restrictions locales en expliquant vouloir éviter “la misère d’un confinement national”.

Pourtant, “on ne peut pas dire que M. Johnson n’avait pas été prévenu” de la situation dramatique de l’Angleterre,

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :