Covid-19 : des bonbons pour détecter l’infection ?

Johanna Amselem
·2 min de lecture
Colorful candies over yellow background. Top view. Flat lay. Copy space. Sweet mix for birthday or candy shop

Huit bonbons durs, tous de la même couleur mais à la saveur différente, permettront aux participants de tester leur odorat.

De nombreux patients atteints par le Covid-19 souffrent d’une perte de goût et d’odorat. Pour détecter la présence d’une infection, des scientifiques de l’Université d’Etat de l’Ohio testent l’efficacité de bonbons aromatisés, comme le relaye le DailyMail.

Pour cela, ils ont recruté 2800 participants et les suivront pendant 90 jours. Chaque jour, ils devront renifler et manger une des huit saveurs différentes de bonbons durs. Via une application, ils devront ensuite noter la saveur, le goût et l’intensité de chaque friandise. Pour les chercheurs, les bonbons permettent d’activer deux voies d'odeur : la première à travers le nez et l'autre à l'arrière de la gorge. Si l'application détecte une baisse soudaine dans les deux sens, le participant recevra un message recommandant alors de réaliser un test classique pouvant dépister la présence du virus. Il devra également se mettre immédiatement en quarantaine jusqu’aux résultats.

VIDÉO - Carnet de santé : Covid, grippe, rhume : cet élément majeur qui permet de les différencier

Les auteurs rappellent que 86% des patients dont le test est positif signalent également une perte d'odorat en plus d’autres symptômes comme la fièvre, la toux, etc. Pour cette étude, huit saveurs de bonbons durs, tous de la même couleur, ont été spécifiquement élaborées. “Qui n'aime pas les bonbons ? C'est un stimulant idéal car pour que cela fonctionne, les gens doivent vouloir le faire”, explique Christopher Simons, co-chef de file du projet, professeur agrégé de science et technologie alimentaires à l'Ohio State, dans un communiqué.

Un outil efficace ?

La première phase du projet consistera à valider le bon fonctionnement des bonbons par rapport aux méthodes traditionnelles comme la carte des odeurs à gratter ou la dégustation de médicaments amers. Si les résultats sont positifs, l'équipe passera à la deuxième phase, le suivi à long terme sur les 2 800 personnes.

Avec notre évaluation, vous déballez le bonbon et le sentez pour évaluer l'olfaction orthonasale, et le mettez dans votre bouche pour évaluer la force de la saveur, en évaluant le composant rétronasal. Vous évaluez également la douceur et l'acidité, qui sont la composante gustative. Cela nous permet d'aborder trois aspects différents de la perception des saveurs. Nous voyons des facteurs qui indiquent potentiellement que notre méthode sera un outil efficace à long terme pour le suivi à long terme de la sensibilité”, détaille le chercheur. L'équipe a reçu 305 000 dollars de financement des National Institutes of Health dans le cadre d'une offre concurrentielle visant à développer des stratégies simples de dépistage du Covid-19.

Ce contenu peut également vous intéresser :