Covid-19: pour Blanquer, "il faut arrêter d’être obnubilé par le rôle de l’école dans les contaminations"

Jules Pecnard
·1 min de lecture
Le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, à la sortie du Conseil des ministres le 13 janvier 2021 - Ludovic MARIN / AFP
Le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, à la sortie du Conseil des ministres le 13 janvier 2021 - Ludovic MARIN / AFP

À la veille de la réouverture des collèges et des lycées après quatre semaines de fermeture, Jean-Michel Blanquer tient à rassurer. Dans une interview accordée au Journal du Dimanche, le ministre de l'Éducation nationale déclare qu'il faut "arrêter d’être obnubilé par le rôle de l’école dans les contaminations".

"C'est loin d'être le facteur principal", insiste-t-il. Interrogé sur le protocole sanitaire prévu par l'administration, en particulier les autotests, Jean-Michel Blanquer a donné des gages.

"Nous en avons déjà diffusé plus de 2 millions pour les 560.000 agents des écoles primaires. À raison de deux tests par semaine, nous avons quinze jours d’avance. Nous allons en livrer 60 millions en mai et juin. La semaine prochaine pour les adultes; à partir du 10 mai pour les lycéens, qui pourront se tester une fois par semaine", détaille-t-il.

"Bienveillance"

Concernant le seuil de contamination au-delà duquel des classes devront être fermées, Jean-Michel Blanquer s'est également voulu rassurant. "Si la situation s’améliore, nous pourrions (...) envisager de fermer de nouveau les classes à partir de trois cas, ou, peut-être, de rétablir les classes entières pour tous", affirme-t-il. Pour l'heure, un cas de contamination détecté suffit à provoquer une fermeture de classe.

Pour le baccalauréat, le ministre de l'Éducation nationale dit vouloir "faire preuve de bienveillance, en accentuant l’accompagnement personnel, pour l’épreuve de philosophie comme pour le grand oral".

"Ce dernier sera aménagé. L’élève pourrait, par exemple, présenter un mot de son professeur pour signaler les parties du programme non vues", promet-il.

Article original publié sur BFMTV.com