Covid-19: bientôt débordé, le Portugal se reconfine ponctuellement pour la Toussaint

·3 min de lecture

Face à une nouvelle vague de la pandémie de coronavirus, le Portugal s’apprête à reconfiner ses habitants à la Toussaint, pour éviter les déplacements vers les campagnes à l’occasion de cette fête catholique très suivie. Alors qu’au printemps, le pays avait réussi à éviter le pire grâce à un confinement précoce, plus personne ne parle de « miracle portugais » cette fois-ci.

De notre correspondante au Portugal,

Il s’agit bien pour les autorités de limiter les déplacements et donc les possibilités de transporter le virus. Dès jeudi 29 octobre minuit et jusqu'au mardi 3 novembre, il ne sera pas possible de voyager d’un conseil à l’autre - les conseils correspondent aux municipalités, au nombre de 308 au Portugal.

Des exceptions auront lieu, notamment pour pouvoir travailler ou aller à l’école, mais les habitants devront se munir d’une autorisation de déplacement. On pourra aussi prendre l’air et faire des courses. Cela dans des magasins aux horaires d'ouverture réduits.

Cette décision prise en conseil des ministres est assortie d’une exhortation à rester chez soi. Les forces de l’ordre seront là pour s’assurer que tout le monde joue le jeu, a précisé en personne le Premier ministre Antonio Costa.

Ce genre de mini-confinement ponctuel avait déjà été appliqué pour les fêtes de Pâques et on s’inquiète déjà pour Noël. Par ailleurs, le masque est rendu obligatoire dans la rue, à chaque fois où la distanciation ne peut être respectée.

Une question de temps avant la perte de contrôle ?

Les statistiques montrent bien que la situation s’aggrave, malgré les appels à ne pas tomber dans l’alarmisme. Le nombre de cas dépistés est passé au-dessus de 3 000 par 24h une semaine avant le début de ce reconfinement. Puis le nombre d’hospitalisations et d’admissions en réanimation bondit, également.

Le scénario n’est pas très différent de celui qu’on constate dans d’autres pays, mais on sait que le Portugal n’a pas de gros moyens. Même s’il a pu faire passer en quelques mois sa capacité en réanimation de 400 à 700 lits, tous malades confondus.

Le gouvernement n’exclut pas de prendre des mesures plus graves en cas de nécessité, mais préfère temporiser. Au printemps, la rapidité avec laquelle le Portugal avait mis en place son plan d’action anti-coronavirus lui avait permis de sauver la face. Cette fois-ci, plus personne ne parle de « miracle portugais » : tout pourrait n’être qu’une question de temps avant un dérapage de la situation.

Des tensions économiques et politiques en pleine pandémie

Le Portugal est l’un des pays Européens les plus dépendants du tourisme pour son économie. La saison et l’arrière-saison n’ont pas eu lieu en 2020, à peine un peu plus d’agitation pour ces vacances de la Toussaint. Le pays vit au ralenti et la situation économique s’aggrave.

Le gouvernement socialiste a cherché un large consensus pour faire adopter son projet de loi de finances pour 2021. Il ne l’a pas trouvé, ni sur sa droite, ni sur sa gauche. Le budget qui doit être voté en première instance cette semaine repose sur un recul de l’économie compris entre 8 et 10 %. Dur, pour un pays qui commençait juste à se remettre de la crise économique de 2008-2014.