Covid-19 : un bébé de 8 mois serait mort du syndrome de Kawasaki, lié au virus

·2 min de lecture
En Angleterre, un bébé de 8 mois est mort du syndrome de Kawasaki lié au Covid-19.

En Angleterre, le décès d’un bébé de 8 mois pourrait être dû au syndrome de Kawasaki, lié au Covid-19. Ce nourrisson serait la plus jeune victime britannique de cette maladie rare qui touche les enfants.

Au mois d'avril dernier, en plein cœur de l'épidémie de Covid-19, un bébé anglais de 8 mois a été emporté par ce qui semble être le syndrome de Kawasaki, une maladie rare qui enflamme les vaisseaux sanguins, appelée également MIS-C, et vraisemblablement liée au coronavirus. Ce nourrisson serait la plus jeune victime de ce syndrome au Royaume-Uni. Avant de décéder d’une rupture d’anévrisme à l'hôpital Derriford de Plymouth, le bébé anglais n'avait aucun problème de santé connu, et deux heures avant sa mort, il souriait et jouait avec sa mère, comme tout enfant de 8 mois.

“Il faut cesser de jouer avec la vie des gens”

Bouleversée, sa génitrice a d'ailleurs lancé un appel aux autorités britanniques : "Le fait que les enfants retournent à l'école le 1er juin est insensé. D'autres enfants vont mourir. D'autres parents seront dans la même situation inimaginable, à moins que le gouvernement ne commence à écouter les conseils des scientifiques, a-t-elle déclaré au Mirror. Il faut cesser de jouer avec la vie des gens. Les médecins et les infirmières qui se sont battus pour sauver mon fils ont été incroyables, mais s'ils en savaient plus sur la liaison Covid-Kawasaki, ils auraient peut-être pu faire plus".

Pour ce nourrisson, les premiers symptômes de la maladie ont été une éruption cutanée qui ressemblait à un coup de soleil, une température élevée et des ganglions lymphatiques gonflés. Ses mains et la plante de ses pieds sont ensuite devenues rouges. Ce syndrome touche généralement les enfants de moins 14 ans. À ce jour, au moins 4 autres enfants - 3 à New York et un en France, à Marseille - sont morts de cette maladie. En Europe, 230 cas suspects ont été constatés, dont une dizaine en Italie, selon la revue scientifique britannique Lancet.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles