Covid-19 : la barre des 100 millions de cas dans le monde a été franchie

·4 min de lecture

Plus de 100 millions de personnes ont officiellement été infectées par le nouveau coronavirus dans le monde, où restrictions et confinements destinés à enrayer la pandémie sont de plus en plus contestés, parfois avec violence.

Le monde dénombre au total 100 010 798 cas de Covid-19, responsables de 2 151 242 décès depuis son apparition en Chine en décembre 2019, selon un comptage réalisé mardi soir par l’AFP.

Seul espoir à l'horizon, la vaccination progresse de façon inégale d'un pays à l'autre : si le président Joe Biden prédit grâce à elle une immunité collective des Américains d'ici à l'été, dans bien d'autres nations elle marque le pas, faute de doses, ou a à peine commencé, faute de moyens.

La pandémie, qui limite les libertés et éprouve depuis un an la patience des populations, va amputer le Produit intérieur brut (PIB) mondial de 22 000 milliards de dollars entre 2020 et 2025, a estimé mardi le Fonds monétaire international (FMI).

Nuit calme aux Pays-Bas

Aux Pays-Bas, après trois nuits de violentes émeutes dans plusieurs grandes villes et localités pour protester contre l'instauration d'un couvre-feu, une forte présence policière semblait mardi soir avoir empêché de nouveaux troubles. Au moins 184 personnes ont été arrêtées et dix policiers blessés, dans ces émeutes, les "pires en quarante ans", selon le Premier ministre, Mark Rutte.

En Grèce, la police a annoncé que tous les rassemblements seraient interdits pendant une semaine pour des raisons de "santé publique", alors qu'une manifestation étudiante est prévue jeudi et une autre de l'extrême gauche vendredi.

En Israël, après de premiers heurts lundi, des violences ont à nouveau éclaté mardi entre policiers et juifs ultra-orthodoxes opposés aux mesures sanitaires, à Jérusalem.

À travers le monde, les restrictions se maintiennent ou se durcissent alors que la vaccination a débuté il y a un mois : plus de 63,5 millions de doses ont été administrées dans au moins 68 pays ou territoires, selon un comptage de l'AFP.

Mais le fossé vaccinal entre riches et pauvres se creuse, s'est inquiétée l'Organisation mondiale de la santé (OMS). La chancelière allemande Angela Merkel a appelé elle aussi à une répartition "équitable" des vaccins dans le monde.

"Ne voyagez pas !"

Mardi, doit entrer en vigueur le test négatif au Covid-19 obligatoire pour tout voyageur arrivant aux États-Unis par avion.

En Nouvelle-Zélande, la Première ministre Jacinda Ardern s'attend à garder closes ses frontières nationales "la majeure partie de cette année".

L'Allemagne, pour sa part, envisage des "mesures drastiques", parmi lesquelles "des contrôles aux frontières plus stricts, […] mais aussi la réduction du trafic aérien à destination de l'Allemagne à presque néant".

La Belgique a décidé qu'à compter de mercredi et jusqu'au 1er mars, les voyages non essentiels vers et hors de son territoire sont interdits, allant plus loin que les recommandations de l'UE, qui demande d'éviter les voyages d'agrément.

L'Irlande, quant à elle, va prolonger son troisième confinement jusqu'au 5 mars et adopter pour la première fois des mesures de quarantaine obligatoire, a annoncé mardi le Premier ministre, Micheal Martin. "Restez chez vous, ne voyagez pas", a-t-il souligné.

"Certificats" de vaccination

En Espagne, le chef du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, a nommé mardi une nouvelle ministre de la Santé, Carolina Darias, en pleine reprise de l'épidémie, au grand dam de l'opposition.

Alors que le ministre colombien de la Défense, Carlos Holmes Trujillo, est décédé mardi à l'âge de 69 ans de complications dues au Covid-19, le président mexicain Andrés Manuel Lopez Obrador, lui aussi contaminé, "se remet bien", selon sa ministre de l'Intérieur, Olga Sanchez.

L'Islande est devenue mardi l'un des premiers pays à délivrer des "certificats" de vaccination à ses ressortissants, avec pour "objectif de faciliter la circulation des personnes entre les pays", alors que la question divise les membres de l'UE, et que leur valeur n'est pas reconnue internationalement.

Selon une nouvelle étude présentée mardi, des lésions sur la langue, des taches sur les mains et les pieds, pourraient être d'autres symptômes du Covid-19.

Avec AFP