Covid-19: les autotests en rupture de stock dans 58% des pharmacies

·2 min de lecture
Image d'illustration, un autotest (Photo: SOPA Images via Getty Images)
Image d'illustration, un autotest (Photo: SOPA Images via Getty Images)

COVID-19 - La rupture de stock tant redoutée a bien eu lieu. Avec les craintes liées à la 5e vague de Covid-19 et à la propagation rapide du variant Omicron, les Français se sont rués sur les autotests. Désormais, 58% des pharmacies ne peuvent plus en fournir, selon le porte-parole de l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO), Gilles Bonnefond, interrogé par le JDDsamedi 25 décembre.

Il précise que “depuis le 15 décembre, les officines ont vendu autant d’autotests que les cinq derniers mois” et déplore une situation “sous tension” dans les pharmacies mais aussi chez les grossistes qui se heurtent aussi à des problèmes d’approvisionnement.

Cette pénurie d’autotests était attendue par le ministère de la Santé et par les professionnels. En effet, les Français ont été incité à de nombreuses reprises de se faire tester avant de retrouver leurs proches pour les fêtes et à privilégier cette solution plutôt que les tests PCR ou antigéniques afin d’éviter un raz-de-marée dans les laboratoires et les pharmacies. Résultat: la demande explose, près de 80.000 autotests ont été vendus la semaine dernière.

Remplacer l’autotest par l’antigénique

Mais les fabricants ont été pris de court, pointe Philippe Besset, président de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France (FSPF), interrogé par le Huffpost juste avant Noël. Les fabricants se sont ”mobilisés pour fournir le maximum d’autotests”, et les officines ont “adapté les commandes”, mais les efforts ont été insuffisants.

Pour pallier le manque, Michel-Édouard Leclerc, PDG de l’enseigne du même nom, déplorait sur Franceinfo jeudi 23 décembre l’interdiction de vendre des autotests, uniquement disponibles en pharmacies, dans les magasins. “On en a en stock mais on n’a pas le droit d’en vendre”, a-t-il regretté. Même appel a été lancé par Lidl. Ils n’ont toujours pas été entendu par le gouvernement.

Toutefois, pas de panique outre mesure. Également interrogé par le JDD le président du Syndicat national des biologistes médicaux François Blanchecotte assure que si les autotests sont en rupture, “il n’y a aucun problème de stock sur les tests antigéniques”, qui sont d’ailleurs réputés plus fiables que les autotests.

À l’inverse des autotests, PCR et antigénique sont remboursés pour les vaccinés, soit plus de 90% de la population. Les tests PCR sont les plus fiables et le résultat est obtenu en quelques heures en laboratoire.

À voir également sur Le HuffPost: En réanimation et sous oxygène, ce non-vacciné évoque sa prise de conscience

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles