Covid-19 : les autotests sont "un moyen de réduire la pression épidémique', estime le professeur Philippe Amouyel

franceinfo
·1 min de lecture

Les autotests de dépistage du Covid-19, dont la vente en pharmacie va débuter lundi 12 avril, sont "un moyen de réduire la pression épidémique" liée au Covid-19, estime Philippe Amouyel, professeur de santé publique au CHU de Lille, dimanche sur franceinfo. L'épidémiologiste juge par ailleurs que l'allongement du délai entre les deux doses des vaccins Pfizer et Moderna (de 28 à 42 jours), à partir du 14 avril, est "une bonne initiative".

franceinfo : Que pensez-vous des autotests qui arrivent à partir de demain en pharmacie ?

Philippe Amouyel : C'est un moyen de réduire la pression épidémique. On atteint aujourd'hui des niveaux de contamination extrêment élévés, de l'ordre de 40 000 par jour. Par comparaison, en décembre nous devions atteindre les 5 000 contaminations par jour.

"Il est nécessaire d'identifier tous les individus qui sont porteurs mais qui ne le savent pas, à commencer par les enfants surtout si les écoles rouvrent prochainement."

Philippe Amouyel, professeur de santé publique au CHU de Lille

à franceinfo

Certes, ces autotests sont moins fiables que les PCR mais ils seront utilisés pour faire du dépistage et non du test. Ce sont deux choses différentes. Lorsque vous avez des symptômes et que vous vous demandez vraiment si vous êtes contaminé, il faut absolument aller faire un test PCR. Cependant, on estime qu'il existe environ le double des personnes testées positives qui sont infectées et asymptomatiques. Dans le cadre d'un dépistage à l'école, ce sera bien (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi