Covid-19: les autorités sanitaires découragent les Américains de se réunir pour Thanksgiving

Robin Verner
·4 min de lecture
Une table de Thanksgiving (phot d'illustration) - Dutchbaby - Flickr CC
Une table de Thanksgiving (phot d'illustration) - Dutchbaby - Flickr CC

Thanksgiving est l'une des fêtes les plus chères au coeur des Américains. Signifiant "action de grâces" en français, elle se tient le quatrième jeudi de novembre, soit le 26 novembre cette année, et célèbre l'installation des pères pélerins sur le sol américain, enfin réussie après de premiers mois difficiles.

Cependant, dans la mesure où les Etats-Unis font face à une troisième vague de l'épidémie de coronavirus, les Américains sont invités à revoir leurs plans pour cette édition. Autorités sanitaires et médecins demandent instamment à leurs concitoyens de limiter au maximum les réunions familiales et de ne pas se déplacer, sous peine d'une explosion de mortalité due au Covid-19 dans les semaines à venir.

"Voir Maman à Thanksgiving et l'enterrer à Noël"

C'est dans le Mississippi que le ton est le plus clair, ou le plus alarmiste. Au cours d'une audioconférence vendredi dernier, retranscrite par Mississippi Free Press, entre les membres de la Mississippi State Medical Association, son président le docteur Mark Thorne a glissé: "On n'a pas vraiment envie de voir maman à Thanksgiving, puis de l'enterrer à Noël".

"Vous irez faire coucou à Thanksgiving, et à l'arrivée soit vous la verrez en soins palliatifs via Facetime soit vous préparerez des funérailles en petit comité pour Noël", a-t-il insisté.

Lors de la même réunion, le Dr. Thomas Dobbs, qui dirige le Département de Santé du Mississippi, s'est dit convaincu que ce schéma, malheureusement, se produirait. Il a expliqué la dangerosité des rassemblements de Thanksgiving: "Beaucoup attraperont le Covid-19 pendant Thanksgiving. C'est le milieu parfait comme nous le savons, des jeunes, des vieux, des malades chroniques autour de la table... et à la fin, la mort".

Des précautions en nombre

Le Centre pour le contrôle des maladies (CDC), chargé d'édicter les consignes sanitaires à l'attention du pays, n'appelle pas formellement les Américains à s'abstenir de tout événement collectif pour la fête mais freine des quatre fers. "Familles et amis devraient examiner le nombre de cas de Covid-19 dans le quartier où se tiendront leurs festivités avant de décider d'y organiser Thanksgiving ou de s'y rendre", est-il notamment conseillé sur le site.

En plus du rappel de la nécessité des gestes barrières (port quasi-constant du masque, respect d'une distanciation physique de deux mètres environ, lavage des mains etc.), le CDC souligne l'importance de ne pas se regrouper entre quatre murs: "Les rassemblements en intérieur, en particulier dans des endroits disposant d'une mauvaise ventilation (par exemple, des endroits clos et étroits), présentent davantage de risques de contamination que les rassemblements à l'extérieur".

Les recommandations du CDD atteignent un degré de précision et de prudence résonant presque comme une interdiction: il est ainsi demandé aux gens d'éviter de chanter ou parler fort - les postillons pouvant porter la maladie -, d'éviter les allées et venues autour de la cuisine, de ne confier le service des plats qu'à une seule personne dûment masquée. Il est même suggéré aux gens vivant au sein d'un même foyer de venir avec leur propre nourriture, leurs boissons et même leurs ustensiles.

Interdictions à Chicago, Baltimore, Philadelphie

Bien sûr, les membres du Centre de contrôle des maladies ajoutent, avec insistance, qu'il ne faut pas accueillir, ni se rendre chez un patient malade du Covid-19, ou souffrant de symptômes, ou cas contact, ni chez un hôte fréquentant une personne en attente du résultat d'un test. Instruction est même passée aux organisateurs de demander à leurs invités de limiter au maximum leurs interactions avec les personnes extérieures à leur foyer, et ce, 14 jours avant Thanksgiving.

Devant cette avalanche de contraintes et de précautions, certains décident de faire plus simple: la commissaire à la Santé de la ville de Baltimore a demandé aux habitants de la ville de Maryland de ne pas se réunir pour célébrer Thanksgiving cette année, et la maire de Chicago a fait une déclaration similaire, tout comme la municipalité de Philadelphie.

"Annulez Thanksgiving"

A l'échelon supérieur, les réflexions sont les mêmes. L'agence Associated Press a ainsi relevé que les gouverneurs de la plupart des Etats renforçaient les mesures de confinement en vigueur sur le territoire dont ils ont la responsabilité à l'approche de Thanksgiving.

Dans le District de Columbia, c'est-à-dire à Washington, les soirées réunissant en intérieur des personnes vivant d'habitude dans des domiciles différents seront proscrites. L'agence de presse remarque cependant qu'aucun système de sanctions n'a été mis au point, le gouverneur Jay Inslee s'en remettant explicitement à la bonne volonté des administrés.

Dans un éditorial intitulé "Annulez Thanksgiving", le magazine The Atlantic veut couper court à toute tergiversation. "La feuille de route actuelle est plutôt claire: limitez vos activités aux actions essentielles à votre vie. Ne vous réunissez pas. Ne vous déplacez pas", proclame le texte, qui ajoute: "A présent, familles, amis et communautés peuvent travailler ensemble à la réalisation d'une action bonne et pleine de sens: mettre fin à la pandémie. Et la seule chose qu'on vous demande est de rester chez vous pour manger".

Article original publié sur BFMTV.com