Covid-19 : aucune embellie proche à espérer, estime une épidémiologiste

Source AFP
·1 min de lecture
Selon l'épidémiologiste Dominique Costagliola, les récents chiffres liés à l'évolution de l'épidémie de Covid-19 en France ne permettent pas d'espérer « une embellie proche » qui justifierait un desserrement des mesures de restrictions à la mi-mai.

Dominique Costagliola considère que la situation sanitaire en France ne permet pas un relâchement des mesures de restrictions à la mi-mai.

La situation épidémique actuelle en France ne « permet pas d'espérer une embellie proche » qui justifierait un desserrement des mesures de restrictions à la mi-mai, a estimé l'épidémiologiste Dominique Costagliola ce lundi 19 avril, sur France Inter. « Que ce soit à l'hôpital, en réanimation ou pour les nouveaux cas, il semble qu'on soit sur un plateau haut », a déclaré la professeure et directrice de recherche à l'Inserm.

Alors même que la population se teste moins, en particulier les moins de 19 ans, « on n'a pas vu une baisse nette » des infections, avec « plus de 30 000 contaminations par jour, donc certainement pas une situation qui permet d'espérer une embellie proche », a-t-elle affirmé.

À LIRE AUSSICovid-19 : les départements où les variants circulent le plus

Selon Dominique Costagliola, une amélioration est d'autant moins probable « que les écoles primaires vont recommencer à partir du 26 avril et les collèges et lycées la semaine suivante », « donc je ne vois pas comment on peut espérer une baisse massive d'ici fin mai compte tenu de ce qu'on a vu jusque-là de l'effet des mesures ».

L'exemple du Chili appelle à la prudence

Avant de rouvrir les établissements scolaires, il faudrait « prendre des mesures qui permettent de limiter le risque, de la vaccination des personnels aux mesures d'aération, choses qui n'ont toujours pas été faites », a-t-elle déploré.

Le Chili, où la progression de la vaccination n'a pas empêché une nouvelle hausse des infections [...] Lire la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :