Covid-19 : Boris Johnson présente son plan pour sortir l'Angleterre du confinement

·3 min de lecture

Le Premier ministre britannique, Boris Johnson, va présenter lundi après-midi son plan pour un déconfinement "prudent" et "progressif" alors que la situation sanitaire s'améliore au Royaume-Uni, confiné depuis plusieurs semaines.

Un déconfinement "prudent" et "progressif". Le Premier ministre britannique, Boris Johnson, présente, lundi 22 février, son plan pour sortir l'Angleterre du confinement, avec comme priorité la réouverture prochaine des écoles.

Tout le pays a été de nouveau confiné début janvier pour lutter contre l'épidémie de Covid-19 qui a fait plus de 120 000 morts au Royaume-Uni et conduit les hôpitaux au bord de la crise.

Les effets du confinement et des vaccinations se faisant sentir, avec une baisse du nombre de cas, d'hospitalisations et de décès, Boris Johnson peut esquisser des mesures de déconfinement. Il les présentera au parlement dans l'après-midi avant une conférence de presse télévisée dans la soirée.

La campagne de vaccination lancée en décembre bat son plein, avec un adulte sur trois ayant déjà reçu une première dose de vaccin. Le gouvernement a promis que tous les adultes recevront une première injection de vaccin anti-Covid d'ici fin juillet, avançant cette échéance initialement fixée à septembre.

"Notre priorité a toujours été de ramener les enfants à l'école, ce qui est crucial pour leur éducation ainsi que pour leur bien-être mental et physique", a déclaré le dirigeant dans un communiqué.

Il souhaite aussi permettre aux gens de "retrouver leurs proches en toute sécurité" après des mois d'isolement, en autorisant des retrouvailles à l'extérieur, où les risques de transmission sont jugés plus faibles.

Boris Johnson a affirmé que toute décision serait prise en fonction des éléments scientifiques à sa disposition, et avec prudence "afin de ne pas annuler les progrès" accomplis et les "sacrifices" consentis. Les écoles pourraient rouvrir à partir du 8 mars.

Le chef de l'opposition travailliste, Keir Starmer, a dit souhaiter "dans l'idéal" que les écoles rouvrent à cette date, mais souligné le besoin d'agir avec "précaution", dimanche, sur Sky News.

L'hôtellerie-restauration en attente

Le gouvernement a déjà annoncé qu'à partir du 8 mars, les résidents de maisons de retraite pourront accueillir un visiteur à l'intérieur, sous réserve que celui-ci soit testé négatif au Covid-19 et porte un masque. Cette bonne nouvelle intervient après le succès de la première phase de la campagne de vaccination, avec 15 millions de personnes ayant reçu une première dose mi-février, dont les résidents de maisons de retraite.

Depuis, la campagne s'est élargie aux plus de 65 ans et aux personnes "cliniquement vulnérables". D'ici mi-avril, les plus de 50 ans devraient tous avoir reçu une première dose de vaccin.

Les scientifiques estiment que les vaccins apportent une protection trois semaines environ après avoir été injectés.

Tandis que les familles espèrent voir une lumière au bout du tunnel, certains secteurs économiques particulièrement touchés par la pandémie, comme l'hôtellerie-restauration, risquent de devoir patienter quelques semaines supplémentaires, au grand désespoir des propriétaires de pubs.

"Le pub a toujours été plus qu'un simple endroit pour boire. C'est là que nous allons pour nous connecter, pour former une communauté", a défendu Emma McClarkin, directrice générale de la British Beer & Pub Association (BBPA), plaidant pour leur réouverture.

Le Parti travailliste défend la réduction de la TVA pour aider ce secteur. "Il faut faire en sorte de soutenir les entreprises" pour assurer leur "survie", a martelé Keir Starmer.

Au Royaume-Uni, chacune des quatre nations du pays décide de sa stratégie en matière de déconfinement. En Écosse et au Pays de Galles, les écoles rouvrent progressivement à partir de lundi, en commençant par les plus petites classes de primaire.

Tout en se préparant à un déconfinement, le gouvernement a durci les contrôles aux frontières pour éviter l'importation de variants. Depuis lundi dernier, les résidents britanniques et citoyens irlandais arrivant en Angleterre en provenance de 33 pays classés à risque doivent observer dix jours de quarantaine dans un hôtel, à leurs frais.

Avec AFP