Covid-19: au cinéma, l'interdiction du popcorn n'est pas si anecdotique

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Jean Castex
    Homme d'État et haut fonctionnaire français
Du popcorn dans un cinéma de New York, le 10 octobre 2015 (Photo d'illustration) (Photo: Noam Galai via Getty Images)
Du popcorn dans un cinéma de New York, le 10 octobre 2015 (Photo d'illustration) (Photo: Noam Galai via Getty Images)

COVID-19 - Sur les réseaux sociaux, l’annonce en a fait sourire certains, soulagés de ne plus entendre leur voisin de fauteuil mâcher bruyamment. Pourtant pour les salles de cinéma, l’interdiction de la vente de boissons et de confiseries aura des conséquences non négligeables sur le chiffre d’affaires.

Ce lundi 27 décembre, Jean Castex et Olivier Véran ont annoncé une nouvelle série de mesures visant à limiter la 5e vague de l’épidémie de coronavirus et la propagation du variant Omicron. Si la consommation de boissons et d’aliments dans les bars et les restaurants ne se fera plus debout, mais impérativement assise, elle sera complètement “interdite dans tous les cinémas, les théâtres, les équipements sportifs et les transports collectifs, y compris longue distance”, a indiqué le Premier ministre lors d’une conférence de presse à Matignon.

16% du chiffre d’affaires des cinémas

Exit donc la vente de popcorn, barres chocolatées, bonbons et autres sodas dans les salles de cinéma. Si cette interdiction est évidemment moins lourde qu’une fermeture complète des lieux de projection, reste qu’elle n’est pas anecdotique pour autant. On sait qu’environ 1 spectateur français sur 2 achète à boire ou à manger lors de sa séance de cinéma. Et d’après une étude du CNC en 2014, la vente de confiserie et de boissons représente 16% du chiffre d’affaires des cinémas.

“On ne gagne que 30 % sur le prix de vente des tickets de cinéma. Le pop-corn, c’est le lot de consolation des exploitants. S’il n’y avait pas la confiserie, un tiers des cinémas en France fermeraient sans doute leurs portes”, avançait Rod Assous, patron du cinéma indépendant L’Élysée à Chantilly, au Parisien dans une enquête sur le popcorn, “machine à cash des cinémas”.

Le 19 mai dernier, lors de la réouverture des lieux de culture à la sortie du confinement, la même décision d’interdire la confiserie avait été prise. “Il n’y a pas de raison qu’il y ait deux poids deux mesures entre les normes imposées aux restaurants”, avait justifié Roselyne Bachelot alors que les restaurants ne pouvaient servir leurs clients que dans des terrasses extérieures.

Fréquentation ”à la normale” pour Noël

Si les exploitants de salles vont devoir faire l’impasse sur ces revenus à partir du lundi 3 janvier 2022 et pour une durée de trois semaines, la fréquentation des vacances de Noël a par contre été satisfaisante. Spider-Man: No Way Home a déjà rassemblé 4 millions de personnes et “beaucoup de films marchent bien” assure Richard Patry, président de la Fédération nationale des cinémas de France, à FranceInfo.

“Les deux dernières semaines que nous venons de traverser, nous sommes comme 2019, c’est-à-dire que nous sommes revenus à la normale”, souffle le patron de plusieurs cinémas en Normandie. “Mais ce n’est pas le cas si on prend la moyenne depuis la réouverture, on est environ à -25%.”

Si les cinémas vont pouvoir garder leurs portes ouvertes, avec les sorties à venir de Belle, The King’s Man: Première mission ou En attendant BoJangles, le monde du spectacle lui doit faire face à de nouvelles annulations. Parmi les autres mesures qui entreront en vigueur le lundi 3 janvier, Jean Castex a annoncé l’interdiction des concerts debout ainsi qu’une jauge à 2000 personnes pour les rassemblements en intérieur.

La tournée d’Orelsan, qui devait démarrer le 15 janvier au Zénith de Caen, va être en partie annulée. ”“Il est impossible de reporter donc on va encore annuler. Orelsan va être obligé d’annuler le début de sa tournée, au moins jusqu’au 25 janvier”, a déjà annoncé le directeur général Live Nation France sur RMC, Angelo Gopée. Et la vague des annulations devrait continuer.

A voir également sur Le HuffPost: Télétravail, jauges, pass vaccinal... Les annonces de Jean Castex face au variant Omicron

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles