Covid-19: Attal annonce que le "quoi qu'il en coûte" va céder la place au "quoi qu'il arrive"

·1 min de lecture

Selon le porte-parole du gouvernement, cette stratégie a permis de "sauver des millions d'emploi, des centaines de milliers d'entreprises et le pouvoir d'achat des Français".

Plus d'un an après le début de la crise sanitaire, le "quoi qu'il en coûte" qui avait été annoncé par Emmanuel Macron au printemps 2020 pour maintenir l'économie à flots, va laisser la place au "quoi qu'il arrive", a annoncé Gabriel Attal ce mercredi à la sortie du conseil des ministres hebdomadaire.

"Le président de la République a indiqué ce matin en propos liminaire du conseil des ministres que la priorité du gouvernement pour les prochaines semaines doit être l'accompagnement des secteurs économiques. Nous passons, a-t-il dit, du 'quoi qu'il en coûte', au 'quoi qu'il arrive', avec un accompagnement quelle que soit la reprise d'activité, qui s'adapte à la reprise d'activité dans chacun des secteurs et pour chacune des entreprises", a détaillé le porte-parole du gouvernement lors du compte-rendu du conseil des ministres.

"L'économie repart fort"

"Grâce aux réformes mises en place depuis le début du quinquennat et au 'quoi qu'il en coûte' qui a sauvé des millions d'emplois, des centaines de milliers d'entreprises et le pouvoir d'achat des Français, l'économie repart, elle repart fort, elle repart mieux", avait-il assuré quelques instants auparavant.

Ce mercredi marque une nouvelle étape dans le déconfinement mis en oeuvre par l'exécutif, avec la réouverture notamment des salles des bars et restaurants, les piscines ou encore les salles de sport.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :