Covid-19 : AstraZeneca affirme que son vaccin en dose de rappel protège contre Omicron

·1 min de lecture

Le laboratoire pharmaceutique AstraZeneca affirme qu'une troisième dose de son vaccin contre le Covid-19 augmente "significativement" le niveau d'anticorps contre Omicron, alors que ce variant du coronavirus déferle sur l'Europe et les États-Unis.

Le géant anglo-suédois AstraZeneca détaille dans un communiqué que "les niveaux d'anticorps neutralisant Omicron après une troisième dose de Vaxzevria", son vaccin anti-Covid, "étaient globalement similaires aux niveaux atteints après deux doses contre le variant Delta". Il est également précisé que "les niveaux observés après une troisième dose étaient plus élevés que les anticorps trouvés chez des individus qui avaient été auparavant infectés et se sont remis naturellement" des autres variants du Covid-19.

L'étude sur la troisième dose a été menée "de manière indépendante" par des chercheurs de l'Université d'Oxford, avec laquelle AstraZeneca a tout de même conçu son vaccin. "C'est très encourageant de voir que les vaccins actuels ont un potentiel de protection contre Omicron après une troisième dose de rappel" a commenté John Bell, l'un des chercheurs de l'Université d'Oxford ayant mené l'étude.

Le candidat vaccin n'a pas été retenu pour les doses de rappel au Royaume-Uni, alors qu'il avait été le principal vaccin utilisé dans le pays pour les deux premières doses, aux côtés du Pfizer/BioNTech. Mais les pays développés privilégient les vaccins à ARNm comme celui de Pfizer, et le sérum d'AstraZeneca est aujourd'hui principalement redirigé vers le programme international Covax, destiné aux pays pauvres.

Plusieurs études récentes, faites en laboratoire, montrent que le taux d'anticorps s'effondre face à Omicron chez des vaccinés avec Pfizer/BioNTech, Moderna, et plus encore AstraZeneca ou le vaccin chinois Sinovac. Pfizer/BioNTech et Moderna ont annoncé récemment qu'un rappel de leur vaccin augmentait nettement la protection contre le virus. Les données manquent toutefois pour savoir combien de temps dure cette protection.

D'après le directeur de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour l'Europe, Hans Kluge, le variant Omicron, à la propagation fulgurante, "devient, ou est déjà devenu, dominant" dans plusieurs pays y compris au Danemark, au Portugal et au Ro[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles