Covid-19 : après les théâtres, les cinémas saisissent le Conseil d'État

Source AFP
·1 min de lecture
Le cinéma parisien

Dans un communiqué, des associations du cinéma ont exprimé leur incompréhension face à la décision de garder les salles obscures fermées.

Alors que cinq théâtres parisiens ont saisi en urgence mardi soir le Conseil d'Etat via un « référé liberté », les cinémas ont fait de même mercredi 16 décembre, pour contester le maintien de la fermeture des salles obscures, en raison de la pandémie de Covid-19. La décision du Premier ministre Jean Castex « a suscité la totale incompréhension de l'ensemble des acteurs du secteur », selon un communiqué commun à plusieurs associations du cinéma, que ce soit des producteurs, des réalisateurs ou des distributeurs (ACID, API, ARP, FNCF, SCAM, UPC...)

« La grande majorité des autres secteurs économiques a pu reprendre ses activités, quels que soient les flux générés sur le territoire », « les cinémas disposent d'un protocole sanitaire reconnu » et « l'ensemble de la communauté artistique et professionnelle avait ardemment travaillé et investi pour la réouverture des cinémas », font-ils valoir.

« Les organisations signataires ont décidé collectivement de saisir le Conseil d'Etat en référé-liberté », selon le communiqué. L'audience devrait se tenir en début de semaine prochaine. Prêts à rouvrir le 15 décembre comme espéré lors de l'annonce du deuxième confinement fin octobre, cinémas, théâtres et musées ont vu leurs espoirs déçus lorsque le Premier ministre Jean Castex a annoncé que, face à la pression épidémique persistante, ils devraient rester fermés encore jusqu'au 7 janvier au moins.

Lire aussi « Là ils sont allés trop loin » : la culture debout contre Castex et Macron

Ce contenu peut également vous intéresser :