Covid-19 : après AstraZeneca, le Danemark renonce au vaccin Johnson & Johnson

·1 min de lecture

En raison de risques de thromboses, le Danemark a annoncé ce 3 mai qu’il n’utilisera pas le vaccin Johnson & Johnson pour son programme d'immunisation. Il va rejoindre celui d'Astrazeneca, déjà mis au ban pour les mêmes raisons.

Et un de moins. Ce lundi 3 mai, le gouvernement danois a décidé de retirer le vaccin produit par l’entreprise américaine Johnson & Johnson de son programme d'immunisation. Un arbitrage effectué par Magnus Heunicke, ministre de la Santé danois à l’issue d’une réunion au sommet. Dans un communiqué, l’autorité nationale de la santé conclut " que les avantages de l'utilisation du vaccin contre le Covid-19 de Johnson & Johnson ne l'emportent pas sur le risque de provoquer un éventuel effet indésirable ". Le vaccin a soulevé des interrogations dès le 9 avril, après quatre cas de thrombose observés dans le monde, dont un qui fut mortel.Principe de précautionCette décision se base sur les risques de caillots sanguins dus à l’utilisation l’un des principes actifs utilisé dans la composition du vaccin. La thrombose est le résultat de la formation d'un caillot sanguin dans une veine, pouvant bloquer totalement la circulation sanguine. Le Danemark avait pourtant misé sur Johnson & Johnson en recevant 40.000 doses mi-avril, notamment car il ne nécessite qu’une seule dose. Mais la décision des autorités danoises s’inscrit dans une logique de précaution. Déjà le 14 avril, le gouvernement avait été le premier pays européen à abandonner le vaccin...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

VIH, Cancer, Staphylocoque… La recherche non-Covid largement freinée par l’épidémie

Covid-19 : sur les frontières, un exécutif très variant…une évolution en six déclarations

Covid-19 : "S’affranchir d’un débat sur les origines du virus est risqué"

Origine mystérieuse du Covid-19 : "Il ne faut pas oublier tout ce dont la nature est capable"

Covid-19 : des cas de variant indien détectés en France