Covid-19 : les anticorps monoclonaux testés par Roche donnent des résultats prometteurs

Julie Kern, Rédactrice scientifique
·2 min de lecture

Contre la Covid-19, Roche, le géant suisse du médicament, ne mise pas sur un vaccin mais sur les anticorps monoclonaux, des anticorps qui ne sont spécifiques que d'un seul épitope sur l'antigène. La firme travaille sur un cocktail de deux anticorps monoclonaux, le casirivimab et casirivimab, mis au point par la société de biotech Regeneron, lesquels se fixent de façon non-compétitive sur le receptor binding domain de la protéine S du SARS-CoV-2. Injecté par voie intraveineuse, le cocktail REGN-COV2 diminue le risque d'hospitalisation et de décès de 70 % lorsqu'il est dosé à 1,200 mg, et de 71 %, lorsqu'il est dosé à 2,400 mg.

Résultats de l'essai clinique de phase III mené par Roche pour le cocktail d'anticorps monoclonaux élaboré par Regeneron. © Roche
Résultats de l'essai clinique de phase III mené par Roche pour le cocktail d'anticorps monoclonaux élaboré par Regeneron. © Roche

Des hospitalisations réduites et des maladies plus courtes

Ces résultats ont été obtenus lors de l'essai clinique de phase III réalisé sur 4.567 participants atteints de la Covid-19 sans que leur état ne nécessite une hospitalisation. L'effet thérapeutique du casirivimab et de l'imdevimab a été comparé avec un placebo. En plus de diminuer les risques d'hospitalisation et de décès, REGN-COV2 semble aussi réduire la durée des symptômes de 4 jours, 10 jours médians pour les participants du groupe ayant reçu le cocktail contre 14 jours médians pour le groupe placebo. Enfin, il est également associé à une diminution de la charge virale chez les patients asymptomatiques ou atteints d'une forme légère de la maladie.

L'ANSM a permis l'autorisation en accès précoce (autorisations temporaires d’utilisation de cohorte) du casirivimab-imdevimab pour les personnes à risque important, susceptibles de développer une forme grave de la Covid-19. Le cocktail n'a pas encore obtenu d'autorisation de mise sur le marché (AMM), mais l'Agence européenne des médicaments a émis un avis favorable pour son utilisation avant l'obtention de son AMM.

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura